Hier, grosse actualité pour la vie bondynoise: la première rame du tram-train qui reliera Bondy à Aulnay est inaugurée. Fête à la gare, avec deux ambulances et plus de policiers que de citoyens. Peut-être un Bondynois a-t-il menacé de voler la rame?

Pour ceux qui n’habitent pas la région mais nous lisent quand même, je rappelle les faits.

Bondy est une ville de banlieue. Aulnay aussi. Naguère (on vous parle là de 1875), un train vagabondait entre les deux communes. Cette ligne, dite des Coquetiers, a vu passer, sur ses quelque 8 km, d’innombrables passagers durant plus d’un siècle avant d’être abandonnée. Il a été décidé de la réhabiliter en ligne de tram-train, un concept que je croyais propre à Bondy mais qu’apparemment l’Allemagne et la Suisse connaissent déjà, une sorte donc de machine hybride qui vous passe sans problème des rails SNCF aux rails pour trams; un engin, dit la pub, idéal pour les « environnements périurbains ». Ce qui laisse supposer que Bondy et Aulnay sont un environnement périurbain.

Tout cela semble un peu dérisoire à l’observateur extérieur, mais pour Bondy, ce n’est pas rien. D’abord parce que depuis la banlieue, c’est souvent très facile et très rapide de relier Paris. Mais passer d’une commune à une autre, c’est l’enfer. Les banlieusards obligés de le faire parce qu’ils vivent dans une ville et travaillent dans une autre doivent souvent transiter par la capitale, ce qui implique d’innombrables changements de RER et métros, et souvent triple ou quadruple le nombre de kilomètres parcourus et le temps passé dans les transports. D’autres, comme Gabrielle, ne peuvent tout simplement pas faire les trajets en transports publics: il n’y en a pas. Elle fait donc les 12 km qui la séparent de son travail en voiture: 10 minutes en théorie, 60 en pratique, à cause des bouchons créés par les employés qui font comme elle. Un tram-train qui relie une ville de banlieue à une autre sans passer par Paris, c’est donc une chose importante.

Et puis ça crée des emplois, ce qui n’est jamais négligeable ici. Je suis passée l’autre jour à l’ANPE. Bondy, c’est 45% d’entreprises qui n’ont pas d’employé, et 45% qui ont de 1 à 9 employés.

Par Sonia Arnal

Sonia Arnal

Articles liés

  • Assia Hamdi, un livre pour l’égalité dans le sport féminin

    Avec son livre 'Joue-la comme Megan', la journaliste sportive Assia Hamdi raconte la bataille des sportives pour la défense de leurs droits et leur liberté. La journaliste explore différentes problématiques liées au sport féminin : l’égalité salariale, l’injonction à la féminité ou encore les questions liées au corps féminin comme les menstruations ou la grossesse. Interview.

    Par Emeline Odi
    Le 25/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021