Hier, grosse actualité pour la vie bondynoise: la première rame du tram-train qui reliera Bondy à Aulnay est inaugurée. Fête à la gare, avec deux ambulances et plus de policiers que de citoyens. Peut-être un Bondynois a-t-il menacé de voler la rame?

Pour ceux qui n’habitent pas la région mais nous lisent quand même, je rappelle les faits.

Bondy est une ville de banlieue. Aulnay aussi. Naguère (on vous parle là de 1875), un train vagabondait entre les deux communes. Cette ligne, dite des Coquetiers, a vu passer, sur ses quelque 8 km, d’innombrables passagers durant plus d’un siècle avant d’être abandonnée. Il a été décidé de la réhabiliter en ligne de tram-train, un concept que je croyais propre à Bondy mais qu’apparemment l’Allemagne et la Suisse connaissent déjà, une sorte donc de machine hybride qui vous passe sans problème des rails SNCF aux rails pour trams; un engin, dit la pub, idéal pour les « environnements périurbains ». Ce qui laisse supposer que Bondy et Aulnay sont un environnement périurbain.

Tout cela semble un peu dérisoire à l’observateur extérieur, mais pour Bondy, ce n’est pas rien. D’abord parce que depuis la banlieue, c’est souvent très facile et très rapide de relier Paris. Mais passer d’une commune à une autre, c’est l’enfer. Les banlieusards obligés de le faire parce qu’ils vivent dans une ville et travaillent dans une autre doivent souvent transiter par la capitale, ce qui implique d’innombrables changements de RER et métros, et souvent triple ou quadruple le nombre de kilomètres parcourus et le temps passé dans les transports. D’autres, comme Gabrielle, ne peuvent tout simplement pas faire les trajets en transports publics: il n’y en a pas. Elle fait donc les 12 km qui la séparent de son travail en voiture: 10 minutes en théorie, 60 en pratique, à cause des bouchons créés par les employés qui font comme elle. Un tram-train qui relie une ville de banlieue à une autre sans passer par Paris, c’est donc une chose importante.

Et puis ça crée des emplois, ce qui n’est jamais négligeable ici. Je suis passée l’autre jour à l’ANPE. Bondy, c’est 45% d’entreprises qui n’ont pas d’employé, et 45% qui ont de 1 à 9 employés.

Par Sonia Arnal

Sonia Arnal

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021