Une lectrice du blog se réjouissait: Nous ne parlons pas de la banlieue à travers les jeunes qui volent des sacs à main. Mais voilà, c’est arrivé. Hier soir, vers neuf heures un gaillard, la vingtaine, sonne à la porte du local dans lequel je dors depuis jeudi. Il veut savoir si aucun membre du club n’est là. Je lui dis que non. Une demi-heure plus tard, il revient. Sonne. J’ouvre à nouveau. Mais cette fois-ci il est accompagné. Un autre, masqué, surgit de derrière le mur. Je tente violemment de refermer la porte mais ils la bloquent, tendent un bras et giclent du gaz lacrymogène dans toute la chambre. Ils poussent la porte, je la retiens en appelant à l’aide. Je frappe de toutes mes forces avec l’épaule. Effrayés par les cris ou blessés par la porte, ils partent après une minute de lutte qui m’a paru une heure.

Que voulaient-ils? L’ordinateur ou le départ de L’Hebdo?

Toujours est-il que j’ai immédiatement téléphoné à notre ami Mohamed qui a rameuté ses contacts dans le quartier. La justice, ils la feront eux-mêmes car ils n’ont pas confiance en la police: « Si on l’appelle, elle va arrêter tout ce que le quartier compte de jeunes noirs. » Nous avons aéré le local pendant près d’une heure, mais rien n’y fait. Le gaz est toujours là, agressif. Comme mon épaule douloureuse, mon dos tordu et la peur qui désormais ne me quittera pas.

Par Paul Ackermann

Paul Ackermann

Articles liés

  • Le front politique des enseignants se prépare-t-il ?

    Comment va se traduire la colère des professeurs dans les urnes ? Alors que les professeurs semblaient être nombreux à adhérer au projet Macron en 2017, la colère contre le ministre de l'Éducation Nationale et ses protocoles sanitaires, laisse présumer une désaffection pour le prochain scrutin. Prise de pouls lors de la manifestation du 27 janvier.

    Par Olorin Maquindus
    Le 28/01/2022
  • Qui sont les femmes derrière les “salons de beauté indiens” ?

    Les salons de "beauté indiens" fleurissent dans les quartiers depuis de nombreuses années. Mais derrière les portes de ces instituts, se cachent des modèles de féminisme et d'entrepreneuriat issu de la diaspora pakistanaise, indienne ou népalaise. Amina Lahmar a franchi le pas de plusieurs établissements pour écouter une autre histoire de l'immigration en France. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 26/01/2022
  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022