La campagne est un endroit de repos et de sérénité. Tout ce dont un homme a besoin. Mais ce « retour aux champs » comporte des contraintes relationnelles avec les gens du pays, le Grand Pressigny. Les habitants d’ici ont une vision totalement différente de celle des citadins, notamment vis-à-vis des « étrangers ». A la campagne, les racines se sont transmises de génération en génération. La vie et le sang incarnent cet endroit qu’est la campagne. Les gens du cru n’acceptent donc pas forcément les nouveaux arrivants. Certes, ils les accueillent de façon généreuse, mais certainement pas pour une longue durée.

C’est ce que j’ai ressenti en les côtoyant pendant une petite semaine en différentes circonstances. Je ne me vois pas faire ma vie à la campagne, car je me sentirais certainement différent des autres, alors qu’en ville, personne ne fait attention à moi. Je suis quelqu’un d’ouvert et de sincère, c’est pour cette raison que je suis prêt à faire de gros efforts pour nouer le contact avec les gens de ce pays qui est le mien. Je me vois bien, même, voyager à travers le monde pour découvrir les cultures de cette terre qui est la mienne.

Cinq jours ont passé au Grand Pressigny et nous sommes contraints de rentrer à la maison. Pour moi, ce n’est pas plus mal de s’en aller, je commençais un peu à m’ennuyer et à perdre patience à cause du manque d’action. En effet, je me suis bien reposé et j’ai pu profiter de ce séjour en rencontrant les gens et en me défoulant par le sport, mais je trouve parfois les journées et les soirées bien ennuyeuses. Je ne souhaitais donc pas prolonger ce séjour.

Cela a été pour moi une agréable expérience, car je n’ai pas souvent l’occasion de découvrir le monde de la campagne. C’était donc un moment à saisir. Ce voyage m’a beaucoup apporté dans les relations, j’ai souvent échangé des paroles avec des habitants du Grand Pressigny. Je me suis donc, si l’on peut dire, confié à ces gens, qui se sont confiés à moi en retour. Ce lien m’a fait du bien, surtout quand nous discutions pendant de longues soirées étoilées.

Abdel (avec Nadia Méhouri)

Retrouvez les épisodes précédents en cliquant ici.

Nadia Méhouri

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021