La campagne est un endroit de repos et de sérénité. Tout ce dont un homme a besoin. Mais ce « retour aux champs » comporte des contraintes relationnelles avec les gens du pays, le Grand Pressigny. Les habitants d’ici ont une vision totalement différente de celle des citadins, notamment vis-à-vis des « étrangers ». A la campagne, les racines se sont transmises de génération en génération. La vie et le sang incarnent cet endroit qu’est la campagne. Les gens du cru n’acceptent donc pas forcément les nouveaux arrivants. Certes, ils les accueillent de façon généreuse, mais certainement pas pour une longue durée.

C’est ce que j’ai ressenti en les côtoyant pendant une petite semaine en différentes circonstances. Je ne me vois pas faire ma vie à la campagne, car je me sentirais certainement différent des autres, alors qu’en ville, personne ne fait attention à moi. Je suis quelqu’un d’ouvert et de sincère, c’est pour cette raison que je suis prêt à faire de gros efforts pour nouer le contact avec les gens de ce pays qui est le mien. Je me vois bien, même, voyager à travers le monde pour découvrir les cultures de cette terre qui est la mienne.

Cinq jours ont passé au Grand Pressigny et nous sommes contraints de rentrer à la maison. Pour moi, ce n’est pas plus mal de s’en aller, je commençais un peu à m’ennuyer et à perdre patience à cause du manque d’action. En effet, je me suis bien reposé et j’ai pu profiter de ce séjour en rencontrant les gens et en me défoulant par le sport, mais je trouve parfois les journées et les soirées bien ennuyeuses. Je ne souhaitais donc pas prolonger ce séjour.

Cela a été pour moi une agréable expérience, car je n’ai pas souvent l’occasion de découvrir le monde de la campagne. C’était donc un moment à saisir. Ce voyage m’a beaucoup apporté dans les relations, j’ai souvent échangé des paroles avec des habitants du Grand Pressigny. Je me suis donc, si l’on peut dire, confié à ces gens, qui se sont confiés à moi en retour. Ce lien m’a fait du bien, surtout quand nous discutions pendant de longues soirées étoilées.

Abdel (avec Nadia Méhouri)

Retrouvez les épisodes précédents en cliquant ici.

Nadia Méhouri

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022