La campagne est un endroit de repos et de sérénité. Tout ce dont un homme a besoin. Mais ce « retour aux champs » comporte des contraintes relationnelles avec les gens du pays, le Grand Pressigny. Les habitants d’ici ont une vision totalement différente de celle des citadins, notamment vis-à-vis des « étrangers ». A la campagne, les racines se sont transmises de génération en génération. La vie et le sang incarnent cet endroit qu’est la campagne. Les gens du cru n’acceptent donc pas forcément les nouveaux arrivants. Certes, ils les accueillent de façon généreuse, mais certainement pas pour une longue durée.

C’est ce que j’ai ressenti en les côtoyant pendant une petite semaine en différentes circonstances. Je ne me vois pas faire ma vie à la campagne, car je me sentirais certainement différent des autres, alors qu’en ville, personne ne fait attention à moi. Je suis quelqu’un d’ouvert et de sincère, c’est pour cette raison que je suis prêt à faire de gros efforts pour nouer le contact avec les gens de ce pays qui est le mien. Je me vois bien, même, voyager à travers le monde pour découvrir les cultures de cette terre qui est la mienne.

Cinq jours ont passé au Grand Pressigny et nous sommes contraints de rentrer à la maison. Pour moi, ce n’est pas plus mal de s’en aller, je commençais un peu à m’ennuyer et à perdre patience à cause du manque d’action. En effet, je me suis bien reposé et j’ai pu profiter de ce séjour en rencontrant les gens et en me défoulant par le sport, mais je trouve parfois les journées et les soirées bien ennuyeuses. Je ne souhaitais donc pas prolonger ce séjour.

Cela a été pour moi une agréable expérience, car je n’ai pas souvent l’occasion de découvrir le monde de la campagne. C’était donc un moment à saisir. Ce voyage m’a beaucoup apporté dans les relations, j’ai souvent échangé des paroles avec des habitants du Grand Pressigny. Je me suis donc, si l’on peut dire, confié à ces gens, qui se sont confiés à moi en retour. Ce lien m’a fait du bien, surtout quand nous discutions pendant de longues soirées étoilées.

Abdel (avec Nadia Méhouri)

Retrouvez les épisodes précédents en cliquant ici.

Nadia Méhouri

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021