Dimanche dernier, je suis resté à la maison toute la journée, tranquille. Vers 19 heures, mon père est rentré de Plan de Campagne. A 20h40, je mets « Zone interdite » sur M6. Le reportage traitait de l’armée de terre en Afghanistan. Mon père était resté dans la cuisine. A l’heure de la coupure pub, je vais deux secondes dans ma chambre chercher mes lunettes. A mon retour, mon père a pris ma place et surtout la télécommande. Il a zappé sur OMTV pour suivre le match OM/Lyon.

« Vas-y ! Remets M6, lui dis-je. – Non, c’est la pub », répond-il. Je lui dis de changer de chaîne pour voir si c’est toujours le cas. Le reportage de Zone interdite a effectivement repris. Il me dit alors : « Ce que tu regardes n’est pas intéressant. » Je réponds aussitôt : « Ecoute, je suis l’émission depuis le début. Tu ne peux pas arriver comme ça au milieu et dire que ce n’est pas intéressant. Moi, un reportage sur l’armée de terre en Afghanistan, ça m’intéresse. » Rien à faire, il ne veut pas entendre mes arguments et répète : « Mets-moi le match sur OM TV. »

L’OM jouait le titre ce soir-là et on a tous su depuis qu’on a perdu. Mais le pire est qu’on ne voyait rien du match sur cette chaîne. C’est un fond bleu sur lequel sont notés en direct les actions de jeu, les cartons et le temps qu’il reste. Ils sont vraiment fous de foot ici, mais à ce point… C’est comme si à Paris, il y avait PSG TV sur votre télé. Bref. Par provocation, je dis à mon père : « Mais c’est nul ça. Mets M6. Je veux voir l’armée française. C’est l’armée de mon pays. » Et je rajoute que je suis super fier d’être Français.

En attendant ça, oh la, la, il est devenu fou. Il a hurlé : « Tu n’es pas français, tu es un Arabe ! » Déjà, il me dit ça alors qu’on est d’origine kabyle, enfin berbère. Je lui réponds du tac au tac, énervé moi aussi. « Je suis français et fier de l’être. Si tu voulais que je sois arabe, pourquoi je n’ai jamais vu ton bled et pourquoi je ne parle ni l’arabe, ni le kabyle ? » Mon père parle trois langues mais je ne l’ai entendu parler kabyle que deux fois, le reste du temps il parle arabe et français. Et là, il m’a répondu en guise de conclusion : « On dit langue maternelle, c’est ta mère qui aurait dû te l’apprendre… »

Ah ça, c’était la pire des mauvaises fois : ma mère est née ici de parents nés ici. Elle n’est jamais allée en Algérie. Elle comprend la langue mais ne la parle pas. Alors comment aurait-elle pu nous l’apprendre ? Je l’ai laissé à son match et je me suis cassé dans ma chambre écrire l’article que vous êtes en train de lire. Un message à tous les adolescents. Je sais que ce n’est pas facile, mais, un conseil, quand vous vous engueulez avec votre père, donnez-lui toujours raison de. Moi, cela ne m’empêche pas d’être fier d’être né ici…

Mohamed Zemirli (Marseille Bondy Blog)

Mohamed Zemirli

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022