C’est une course contre la montre qui agite le centre social SFM de Montreuil depuis quelques jours. Celle qui a pour objectif simple le sourire des enfants des quartiers Branly-Boissière, Jules Verne et Ramenas-Léo Lagrange en cette période de fêtes. Comme chaque année, le centre s’apprête à organiser la traditionnelle fête de fin d’année. Vendredi 29 décembre en fin d’après-midi, un gros goûter sera préparé pour la cinquantaine de jeunes suivis par le centre. Pour marquer le coup, l’association, qui a déjà déployé des banderoles « Joyeuses fêtes » pour habiller les murs du centre, a mis en place une collecte de jouets avec son principal partenaire, « Le café La Pêche » de Montreuil, un établissement connu pour ses concerts de musiques urbaines. Comme tous les ans, le café a fait un appel aux dons pour acheminer les cadeaux au centre social.

Pour la première fois, les dons en cadeaux pour les jeunes n’ont pas afflué

Mais pour la première fois depuis que le centre organise cet évènement, la fête est compromise : les dons en cadeaux pour les jeunes n’ont pas afflué et le peu qui a été donné n’est pas en état d’être offert. « Les jouets sont soit trop abimés, soit cassés ou sales. C’est le premier Noël avec autant de difficultés. Avant les cadeaux que l’on recevait était corrects », explique, dépitée Ina, responsable de l’accompagnement à la scolarité au centre social. « Impossible d’offrir ces jouets aux enfants et aux adolescents ». Pour pallier cet imprévu, le Café La Pêche a gentiment contribué en achetant directement des cadeaux. Problème : les jouets en question sont destinés uniquement aux enfants ; les adolescents, eux, âgés entre 12 et 15 ans n’ont donc pas encore leurs cadeaux. Ils sont au total une trentaine d’ados à être suivis régulièrement ou de manière occasionnelle par le centre social.

« Nous ne donnerons des cadeaux qu’aux ados que nous suivons à l’année et pas aux autres »

Face à la situation inattendue, le centre social a dû faire un choix. « Nous ne donnerons des cadeaux qu’aux ados que nous suivons à l’année et pas aux autres. C’est triste et c’est une déception car tous mériteraient qu’on leur en offre mais nous n’avons pas d’autres choix », explique Ina Mignon, une certaine anxiété dans la voix.

D’ici vendredi 29 décembre, la jeune femme et les équipes du centre social doivent donc trouver seize cadeaux pour ados. Hormis son entourage, l’animatrice a déjà pris contact avec l’association 2.0 (dont la mission est de transmettre des connaissances informatiques aux publics rencontrant des difficultés d’accès, ndlr), une entreprise spécialisée dans les jeux vidéos et des usines. « J’en ai également parlé à des amis graphistes qui travaillent des société des gaming, je frappe à toutes les portes ! Je ne veux pas que ce vendredi soit un fiasco ». Pour l’instant, la démarche est peu fructueuse : seule l’association 2.0 leur a répondu et dit voir s’ils ont de quoi venir en aide.

Baisse des subventions et des contrats aidés : le centre social SFM en difficulté 

Cet imprévu s’inscrit dans un contexte plus grand de difficultés que traverse le centre social. « La mairie de Montreuil a dû réduire considérablement ses subventions envers la structure en raison de dotations de l’Etat en baisse, explique Ina Mignon. Et nous souffrons aussi de la réduction des contrats aidés imposée par l’Etat. Un contrat n’a pas été renouvelé et deux personnes dont les contrats aidés s’achèvent en 2018 partiront également. Pourtant, nous sommes déjà en sous-effectif. Par exemple, au pôle enfance et jeunesse, nous ne sommes que 3 pour le suivi d’une cinquantaine d’enfants. Pour assurer un accompagnement de qualité, il devrait y avoir une embauche supplémentaire ». Un manque de personnel qui met en difficulté le centre social et l’ensemble des projets d’accompagnement et de suivi des jeunes.

Le centre social est un lieu de socialisation important pour les jeunes des quartiers Branly-Boissière, Jules Verne et Léo Lagrange. Il offre du soutien scolaire quotidien aux jeunes, propose des sorties notamment culturelles, des sorties familiales aussi. « On organise des sorties entres parents et enfants pour leur offrir l’opportunité de partager des moments ensemble qu’ils n’auraient peut-être pas pu faire eux-mêmes. Les jeunes se confient à nous. Nous nous voyons tous les jours, on noue des relations privilégiées. On les connais tous. C’est comme une grosse famille avec des disputes parfois ! » confie Ina. « Je ne peux pas venir les mains vides face à ces jeunes. On se donne beaucoup de mal pour leur offrir leurs cadeaux, leur Noël ». 

Si vous avez des dons à faire pour ces adolescents, n’hésitez pas à contacter l’équipe du centre d’ici vendredi 29 décembre à cette adresse email : sfm.montreuil.loisirs@orange.fr

Ferial LATRECHE

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021