André a les mains tachetées d’éclats de couleurs, a des éclaboussures de pigments rouges et jaunes sur son élégant maillot. Parce que même sous un soleil atrocement chauffant, André reste d’une suprême élégance, portant son borsalino blanc immaculé sur son crâné légèrement dégarni. André est l’éternel enfant du cœur du village. Avec ses rêves et son talent, son coup de pinceau joyeux. Avec son sourire, toujours présent.

André est artiste, « autodidacte », précise-t-il. Ne connaît pas grand-chose à l’histoire de la peinture mais vénère absolument Norman Rockwell. Et on ne le contredira pas ! Tous les matins, il est là, à chaque étape. Près du podium, qu’il retrouve chaque jour. Parce qu’il est devenu indispensable. Il lui aura fallu deux Tours de France pour s’imposer. Pour « être reconnu ».

Pour ce grand enfant, le rêve n’est pas de chanter « I Will Survive » et d’être introduit dans le show-biz par Nikos Aliagas mais plutôt de voir ses toiles exposées dans de célèbres musées. Et d’ailleurs, à Barcelone, il a « versé des larmes » quand le maire lui a proposé d’exposer sa toile du jour au Musée olympique de la ville. Parce que, oui, ses toiles exclusives sont systématiquement offertes aux municipalités, ou communes, si vous préférez. C’est un peu pour elles, beaucoup pour lui, qu’il fait ça. Et quand le Tour s’achève, que l’homme-artiste n’a plus l’occasion d’offrir de son talent quotidiennement, « ça lui manque ». Evidemment !

André, l’enfant jamais satisfait. Qui, quand il rentre se coucher, des tas d’étoiles brillantes dans les pupilles, se dit, invariablement, qu’aujourd’hui, il aurait pu mieux faire. On veut le rassurer, lui dire que c’est toujours parfait. Il nous dirait que la perfection n’existe pas, et il n’a pas tort.

André, dans deux semaines, va ranger ses pinceaux, les conserver précieusement, jeter les usés, refermer son châssis. Mais que la retraire, provisoire, ne sonne, il lui reste des étapes pour nous éblouir et colorer nos journées. Les enfants ne manquent jamais d’inspiration…

Mehdi Meklat, à Tarbes

Mehdi Meklat

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022