Aujourd’hui, vendredi 25 novembre, la sortie de l’école, à 16h30, est plus bruyante que d’habitude. Les enfants crient de joie: il neige! Auguste Blanqui, le quartier black et beur de Bondy-Sud est tout blanc! Mais cela ne dure guère. A peine se dépose-t-elle sur l’asphalte qu’elle fond. Ici, le blanc a de la peine à tenir… Alors, les gosses du quartier se contentent de sauter pour essayer d’attraper des flocons qui virevoltent au-dessus de leurs têtes.

Les enfants aiment la neige. Les parents, moins. « Attention, tu vas glisser! » s’époumone une pauvre mère en essayant de rattraper son fils qui s’échappe. Et puis, s’il neige trop, faudra-t-il mettre des pneus d’hiver? Avec quel argent? Il a neigé une bonne partie de la nuit. Samedi matin, les rues de la cité sont recouvertes d’une fine pellicule blanche. Les gosses s’envoient des boules de neige. La place commerciale est vide. Une grosse Mercedes à plaques munichoises (des Turcs? Sûrement pas des Bavarois) trône au milieu de la place. La fleuriste la décore. « C’est pour un mariage », m’explique-t-elle avant de filer dans son magasin.

Au fond, peu importent ces questions. Ce qui compte, c’est que les yeux des gosses de Bondy ont, l’espace de quelques minutes, brillé plus intensément que d’habitude. Comme me l’a dit Radouane le philosophe, entraîneur du RC Blanqui: « travaille comme si tu allais vivre 300 ans, et vis comme si c’était ta dernière journée ».

 

 

Par Roland Rossier

 

Roland Rossier

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021