Pour Mohamed, animateur de jeunesse, pratiquement personne ne sort à Bondy. « Quand ils sortent, les jeunes vont à Paris. Si une fille sort à Bondy, qu’elle veut un peu se maquiller, s’habiller, on la prend pour une fille facile. Et de toute façon, quand on sort, on n’a pas envie de voir la gueule du voisin. » Plus tard, Sadjo, 26 ans, confirmera: « Ils ont condamné la station Esso ou quelques personnes se réunissaient pour boire un verre. Maintenant il n’y a vraiment plus rien. Et les filles n’aiment pas sortir en banlieue, ne serait-ce que pour leur sécurité. En plus, il y a une mauvaise mentalité à Bondy. Si une fille porte une minijupe, c’est automatiquement une salope. À Paris, elles peuvent faire ce qu’elles veulent. »

Par Paul Ackermann

Paul Ackermann

Articles liés