Pour Mohamed, animateur de jeunesse, pratiquement personne ne sort à Bondy. « Quand ils sortent, les jeunes vont à Paris. Si une fille sort à Bondy, qu’elle veut un peu se maquiller, s’habiller, on la prend pour une fille facile. Et de toute façon, quand on sort, on n’a pas envie de voir la gueule du voisin. » Plus tard, Sadjo, 26 ans, confirmera: « Ils ont condamné la station Esso ou quelques personnes se réunissaient pour boire un verre. Maintenant il n’y a vraiment plus rien. Et les filles n’aiment pas sortir en banlieue, ne serait-ce que pour leur sécurité. En plus, il y a une mauvaise mentalité à Bondy. Si une fille porte une minijupe, c’est automatiquement une salope. À Paris, elles peuvent faire ce qu’elles veulent. »

Par Paul Ackermann

Paul Ackermann

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021