Quand j’ai annoncé à mon ex-femme que j’avais envie de venir à Bondy entre Noël et Nouvel An et que j’essayais de prendre mes dispositions pour cela, ses yeux se sont agrandis. – Tu as toujours eu tendance à faire passer le travail avant ta famille, mais partir la semaine de Noël, ça tu ne l’avais encore jamais fait ! Oups… 

Il est vrai que nous avons trois enfants et qu’il était prévu que je m’en occupe cette semaine-là. Quand je leur en ai parlé, l’aîné m’a dit : ouais, c’est super, vas-y ; le deuxième optait pour une neutralité prudente; mais la petite, la cadette, avait les mêmes yeux que sa mère, un peu trop brillants. J’ai décidé de ne pas venir. Alors Serge est intervenu. Avec lui, il y a toujours une solution. Le 25, je serai en Suisse avec mes enfants, les 29 et 30, ils seront à Paris-Bondy avec moi. Même Brigitte (mon ex-femme) a trouvé la solution jouable. Voilà, ça fait un peu déballage, ces histoires, mais c’est un des principes du journalisme : on se rencontre, on déballe, et on tente de se comprendre. Bonjour ! 

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Derrière la hausse des prix, quelle réalité pour les habitants des quartiers ?

    Derrière les chiffres de l'inflation, des hausses de prix toujours plus inquiétantes, quelles sont les personnes qui en souffrent ? Familles nombreuses, jeunes travailleurs et associations de quartiers sont particulièrement pénalisés par un carburant et une alimentation toujours plus coûteux.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 24/06/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • Chlordécone : le combat des Ultramarins continue

    Motivés par un besoin de réparation et de justice, des collectifs et associations ultramarins se battent pour la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire du chlordécone. C’est le cas de l’association antillaise VIVRE qui en 2019, appuyée par d’autres collectifs, a choisi de mener une action collective. La décision du tribunal administratif sera rendue d'ici la fin du mois de juin.

    Par Clémence Schilder
    Le 14/06/2022