Quand j’ai annoncé à mon ex-femme que j’avais envie de venir à Bondy entre Noël et Nouvel An et que j’essayais de prendre mes dispositions pour cela, ses yeux se sont agrandis. – Tu as toujours eu tendance à faire passer le travail avant ta famille, mais partir la semaine de Noël, ça tu ne l’avais encore jamais fait ! Oups… 

Il est vrai que nous avons trois enfants et qu’il était prévu que je m’en occupe cette semaine-là. Quand je leur en ai parlé, l’aîné m’a dit : ouais, c’est super, vas-y ; le deuxième optait pour une neutralité prudente; mais la petite, la cadette, avait les mêmes yeux que sa mère, un peu trop brillants. J’ai décidé de ne pas venir. Alors Serge est intervenu. Avec lui, il y a toujours une solution. Le 25, je serai en Suisse avec mes enfants, les 29 et 30, ils seront à Paris-Bondy avec moi. Même Brigitte (mon ex-femme) a trouvé la solution jouable. Voilà, ça fait un peu déballage, ces histoires, mais c’est un des principes du journalisme : on se rencontre, on déballe, et on tente de se comprendre. Bonjour ! 

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021