Quand j’ai annoncé à mon ex-femme que j’avais envie de venir à Bondy entre Noël et Nouvel An et que j’essayais de prendre mes dispositions pour cela, ses yeux se sont agrandis. – Tu as toujours eu tendance à faire passer le travail avant ta famille, mais partir la semaine de Noël, ça tu ne l’avais encore jamais fait ! Oups… 

Il est vrai que nous avons trois enfants et qu’il était prévu que je m’en occupe cette semaine-là. Quand je leur en ai parlé, l’aîné m’a dit : ouais, c’est super, vas-y ; le deuxième optait pour une neutralité prudente; mais la petite, la cadette, avait les mêmes yeux que sa mère, un peu trop brillants. J’ai décidé de ne pas venir. Alors Serge est intervenu. Avec lui, il y a toujours une solution. Le 25, je serai en Suisse avec mes enfants, les 29 et 30, ils seront à Paris-Bondy avec moi. Même Brigitte (mon ex-femme) a trouvé la solution jouable. Voilà, ça fait un peu déballage, ces histoires, mais c’est un des principes du journalisme : on se rencontre, on déballe, et on tente de se comprendre. Bonjour ! 

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Le front politique des enseignants se prépare-t-il ?

    Comment va se traduire la colère des professeurs dans les urnes ? Alors que les professeurs semblaient être nombreux à adhérer au projet Macron en 2017, la colère contre le ministre de l'Éducation Nationale et ses protocoles sanitaires, laisse présumer une désaffection pour le prochain scrutin. Prise de pouls lors de la manifestation du 27 janvier.

    Par Olorin Maquindus
    Le 28/01/2022
  • Qui sont les femmes derrière les “salons de beauté indiens” ?

    Les salons de "beauté indiens" fleurissent dans les quartiers depuis de nombreuses années. Mais derrière les portes de ces instituts, se cachent des modèles de féminisme et d'entrepreneuriat issu de la diaspora pakistanaise, indienne ou népalaise. Amina Lahmar a franchi le pas de plusieurs établissements pour écouter une autre histoire de l'immigration en France. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 26/01/2022
  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022