Après sa réussite à Bobigny, le Box Player débarque à Pavillons-sous-Bois, à quelques encablures de la rédaction du Bondy Blog. La tentation était trop forte pour que nous nous abstenions plus longtemps de le tester en équipe ! Le concept de base est simple. Deux équipes de football de deux joueurs s’affrontent dans une salle aux parois transparentes, qui offrent au ballon des possibilités infinies de rebonds. La surface de chaque terrain de jeu fait environ 50 m2. Ce sport rappelle par certains aspects le squash ou le badminton : détente et effort cardiaque garantis ! C’est lessivés qu’après la douche, nous retrouvons Ahmed et Kamel, deux des quatre associés engagés dans ce projet.

Le premier Box Player a été inauguré en juillet 2005 à Bobigny. Le succès aidant, le 15 juin dernier les portes du second se sont ouvertes à Pavillons-sous-Bois. Le choix du lieu ne s’est pas fait par hasard, indique Kamel : « 35 000 véhicules passent chaque jour sur la RN3. » Cette nouvelle entité, c’est aussi une qualité d’expérience que l’entreprise veut faire vivre aux adhérents. Les locaux sont spacieux, bien agencés avec en plus des six terrains, un vestiaire et un coin détente permettant de se reposer, boire un verre ou soigner sa faim. Les tarifs varient en fonction du nombre de joueurs. Ahmed précise: « La formule privilégiée par les clients est une location à six du terrain durant 1h20 : cela permet de jouer en deux contre deux en appliquant le principe de l’équipe gagnante qui reste sur le terrain. » Dans ces conditions le tarif est de 5€ par personne pour 40 minutes.

Cela peut paraître quelque peu onéreux mais Kamel explique le positionnement de Box Player : « Nous ne considérons pas les autres systèmes de foot en 2 contre 2 comme nos concurrents. Nos vrais concurrents ce sont les salles de squash, dont les prix sont généralement nettement supérieurs aux nôtres. Ce sont leurs clients que nous visons. » Ahmed enchaîne : « Nos terrains utilisent des matériaux fabriqués spécialement pour nous. Nous avons aussi une caméra placée sur chaque terrain afin de pouvoir enregistrer les parties. Certains clients filmaient leurs parties à l’aide de téléphones portables. Aujourd’hui ils peuvent repartir avec leur vidéo sur une clé USB. »

Le « club » de Pavillons-sous-Bois cherche à diversifier son offre. Il propose ainsi la retransmission d’événements sportifs sur écran géant dans une ambiance qui se veut lounge-bar. Il s’agit par ailleurs de gérer l’aspect cyclique de l’activité. Les pics d’affluence se produisant à midi et en soirée, il faut valoriser les périodes creuses de l’après-midi. Les dirigeants s’y emploient en travaillant avec des partenaires institutionnels tels qu’associations de quartier, organismes municipaux, gendarmerie ou police.

Aujourd’hui Box Player envisage d’accélérer son développement. La réussite jusqu’ici obtenue prouve l’existence d’un potentiel de marché. Croître, c’est aussi une question de survie. L’objectif est d’atteindre une taille critique qui permette d’être moins vulnérable face à la concurrence. Des projets sont en cours, mais là-dessus, silence radio. Les affaires sont les affaires.

Cédric Roussel

Cédric Roussel

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021