Depuis presque un mois, nous parlons de transition, de passage de témoin, de formation. Cette fois, nous y sommes. Arriver derrière les plumes des journalistes de L’Hebdo n’est pas chose simple.

Qui sont les bloggers ?

Nous avons choisi de constituer une équipe de bloggers plutôt jeunes, car nous avons placé ce Bondy Blog dans une démarche de formation, voire d’insertion professionnelle. Ainsi, nous avons trois jeunes filles de 19 ans (deux lycéennes et une étudiante), une jeune fille de 25 ans surveillante au lycée de Bondy et pigiste pour une revue, deux jeunes hommes de 26 ans en recherche d’emploi. Ce noyau sera amené à se renforcer dans les semaines à venir.

Qu’allons–nous raconter ?

Les bloggers raconteront leur quotidien. Ils parleront de leur réalité locale mais régiront aussi à l’actualité nationale. En tant que citoyens, ils pourront parler de tout sujet qui les concerne avec toujours un seul objectif : continuer d’explorer la vie en banlieue, avec un regard équilibré et diversifié.

Comment allons-nous fonctionner ?

Nous allons nous constituer en association, totalement indépendante, à laquelle participeront les bloggers et quelques parrains, comme l’Hebdo qui va rester à nos côtés. Cette association sera financée au départ par les droits du livre Bondy Blog qui sortira au Seuil le 6 avril, puis nous chercherons d’autres partenaires. Nous n’avons pas de local mais nous nous réunirons deux fois par semaine pour des séances de rédaction. Le reste des échanges passera par le net. Pour le moment, nous nous retrouvons dans une salle que la ville nous prête au coup par coup ou au café du coin. Nous recherchons encore un lieu pour nos réunions.

Quels sont nos objectifs ?

Encore une fois, nous nous inscrivons dans une démarche d’information et de formation.

Plusieurs partenaires assureront des formations pour les bloggers et plus largement pour ceux qui s’intéressent aux métiers des médias. Paolo Woods qui nous accompagne dans ce lancement donnera des cours de photo, Edouard Zambeaux de France Inter formera ceux qui le souhaitent à la gestion du son, Stéphane Mazzorato du Monde.fr nous conseillera sur la gestion d’un blog,  les journalistes de L’Hebdo tiendront des ateliers d’écriture. Toutes les bonnes volontés sont bienvenues.

Et les commentaires ?

Nous attendons beaucoup de vous. Vos commentaires et vos remarques sont essentiels car vous participez autant que nous à ce blog. Nous espérons seulement que ceux-ci seront toujours courtois et respectueux afin de faire avancer les choses.

Alors bonne lecture et longue vie au Bondy Blog !

Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022