Depuis presque un mois, nous parlons de transition, de passage de témoin, de formation. Cette fois, nous y sommes. Arriver derrière les plumes des journalistes de L’Hebdo n’est pas chose simple.

Qui sont les bloggers ?

Nous avons choisi de constituer une équipe de bloggers plutôt jeunes, car nous avons placé ce Bondy Blog dans une démarche de formation, voire d’insertion professionnelle. Ainsi, nous avons trois jeunes filles de 19 ans (deux lycéennes et une étudiante), une jeune fille de 25 ans surveillante au lycée de Bondy et pigiste pour une revue, deux jeunes hommes de 26 ans en recherche d’emploi. Ce noyau sera amené à se renforcer dans les semaines à venir.

Qu’allons–nous raconter ?

Les bloggers raconteront leur quotidien. Ils parleront de leur réalité locale mais régiront aussi à l’actualité nationale. En tant que citoyens, ils pourront parler de tout sujet qui les concerne avec toujours un seul objectif : continuer d’explorer la vie en banlieue, avec un regard équilibré et diversifié.

Comment allons-nous fonctionner ?

Nous allons nous constituer en association, totalement indépendante, à laquelle participeront les bloggers et quelques parrains, comme l’Hebdo qui va rester à nos côtés. Cette association sera financée au départ par les droits du livre Bondy Blog qui sortira au Seuil le 6 avril, puis nous chercherons d’autres partenaires. Nous n’avons pas de local mais nous nous réunirons deux fois par semaine pour des séances de rédaction. Le reste des échanges passera par le net. Pour le moment, nous nous retrouvons dans une salle que la ville nous prête au coup par coup ou au café du coin. Nous recherchons encore un lieu pour nos réunions.

Quels sont nos objectifs ?

Encore une fois, nous nous inscrivons dans une démarche d’information et de formation.

Plusieurs partenaires assureront des formations pour les bloggers et plus largement pour ceux qui s’intéressent aux métiers des médias. Paolo Woods qui nous accompagne dans ce lancement donnera des cours de photo, Edouard Zambeaux de France Inter formera ceux qui le souhaitent à la gestion du son, Stéphane Mazzorato du Monde.fr nous conseillera sur la gestion d’un blog,  les journalistes de L’Hebdo tiendront des ateliers d’écriture. Toutes les bonnes volontés sont bienvenues.

Et les commentaires ?

Nous attendons beaucoup de vous. Vos commentaires et vos remarques sont essentiels car vous participez autant que nous à ce blog. Nous espérons seulement que ceux-ci seront toujours courtois et respectueux afin de faire avancer les choses.

Alors bonne lecture et longue vie au Bondy Blog !

Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021