Nadia Méhouri est une maman trentenaire. Elle vit dans le XIXème arrondissement de Paris. Présidente de Lassoce2Luisa, elle a tenté le pari suivant : convaincre des jeunes de l’accompagner au fin fond des campagnes françaises. But de l’opération : combattre les a priori qui existent de part et d’autre. Car si les ruraux, trop souvent nourris par les images alarmistes du JT de Jean-Pierre Pernaut, perçoivent a fortiori les jeunes des quartiers comme des délinquants, de la même façon, les jeunes citadins ont également une image tronquée des campagnards, qu’ils assimilent notamment à des « fachos ».

Cette action s’est déroulée à plusieurs reprises en 2006, grâce notamment au soutien du ministère de l’agriculture. C’est précisément ce qui a poussé Nadia Méhouri à emmener des filles et des garçons de son quartier populaire de l’Ourcq à Paris. L’idée est simple: prendre une caméra et aller discuter avec les habitants de la France profonde, des agriculteurs, des femmes, des jeunes, des moins jeunes. Le projet, intitulé « A la rencontre de ce pays qui est le mien » résume tout: les jeunes de quartiers ne connaissent pas la France. La France ne les connaît pas non plus.

Par ailleurs, à l’occasion des élections présidentielles et à l’initiative de Lassoce2Luisa, un groupe d’associations, le Collectif2007 a été créé, en vue principalement d’encadrer les jeunes qui n’ont jamais voté. Véritable appel aux citoyens convaincus et à convaincre, le Collectif2007 a récemment lancé sa propre démocratie participative en rassemblant diverses associations et acteurs de terrain (Réseau Education Sans Frontières, des représentants de Jeudi Noir ou encore Patrice Pelloux, médecin le plus connu de France).

Nous avons rencontré Nadia Méhouri. Elle nous présente les grandes orientations de son association, et nous donne son point de vue sur la politique.

 

 

Hanane Kaddour. Syllep.

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021