Raillée par les opposants au Mariage pour tous comme le rassemblement « de la gauche caviar », la soirée en continuité à la manifestation pour l’égalité du 27 janvier organisée par le mécène Pierre Bergé et Jean-Michel Ribes, le directeur du théâtre du Rond-Point des Champs-Elysées à Paris fut un succès.

Par l’affluence, d’abord. Les places sur invitation s’étant arrachées, les marches d’escaliers et les strapontins faisaient office de dernier espoir pour assister au spectacle mêlant lectures, discours et performances artistiques. Succès aussi par la diversité des intervenants (politiques, artistes, syndicalistes, religieux, statisticiens etc). Ils étaient bénévoles et très motivés pour apporter leur soutien au texte de loi pour le Mariage pour tous débattu dès mardi à l’Assemblée Nationale et dont le rapporteur Erwann Binet, assis au premier rang, devra affronter plus de 5000 amendements.

Succès enfin par l’ambiance et les applaudissements enthousiastes entendus tout au long de cette fête iconoclaste mais chaleureuse. Et la soirée fut aussi l’occasion de diffuser la pétition en ligne de l’ONG All Out en faveur de l’égalité qui sera remise aux parlementaires le 29 janvier.

Si les médias dont Europe 1 dans son flash du matin ont surtout souligné les présences de Manuel Valls, le Ministre de l’intérieur et celle de Valérie Trierweiler qui a déclaré « il n’y a pas de sous-citoyens, tout le monde doit avoir les mêmes droits », le public du Théâtre du Rond-Point avait des préférences bien différentes en réservant deux standing ovations. L’une tonitruante à Christiane Taubira quand Laurence Ferrari, la maîtresse de cérémonie, signala la présence de la Garde des sceaux dans la salle, et l’autre, plus discrète, car en toute fin de soirée et devant un parterre plus clairsemé, à Alice Nkom, avocate menacée de mort au Cameroun.

Car si la rencontre ne permit pas de se gaver de caviar à la grande cuillère, elle donna en revanche l’occasion par les voix d’Alice Nkom ou de militants irakien ou égyptien en exil de rappeler que dans certains pays du monde les homosexuels étaient toujours condamnés à mort et risquaient la prison dans de nombreux autres.

Si la situation des gays en France est sans commune mesure avec celles des citoyens passibles de peine de mort (en Arabie Saoudite, Iran, Mauritanie, Nigeria, Somalie, Soudan, Yemen), l’égalité des droits n’est pas encore acquise. Nordine Nabili, le Directeur du Bondy Blog, un des partenaires de la soirée, n’a pas manqué de le rappeler. Pour lui « l’Histoire de France ne retiendra rien de ce quinquennat si le Gouvernement et les parlementaires de gauche n’inscrivent pas la société française dans un nouveau contrat social » et d’ajouter « La France est belle lorsqu’elle se bat pour l’égalité des droits » avant, dans une pirouette, de renvoyer dos à dos tous les bigots en expliquant que « le point de convergence de toutes les religions, ça reste, hélas la verge et le clitoris ».

On ignore si le clin d’œil de Nordine Nabili aura fait rire les représentants des grands cultes monothéistes invités et présentés sur scène par Audrey Pulvar mais à l’instar du rabbin Yeshaya Dalsace, tous, avec humour, défendirent le Mariage pour tous. Et de dissidents, il n’y avait pas que des religieux. Des politiques aussi. De droite et très applaudis. Yves Jégo, Roselyne Bachelot, Rama Yade, Monique Pelletier, Sébastien Huyghe et Franck Riester dirent OUI au projet de loi malgré les critiques et les invectives qu’ils reçoivent de la part d ‘élus de leur bord politique.

Ecrivains, musiciens, acteurs, animateurs, Bernard-Henri Levy : les saltimbanques étaient tellement nombreux à vouloir témoigner leur soutien que les intermèdes artistiques livrèrent de beaux moments de divertissement. Juliette Greco, pour ne citer qu’elle, après avoir donné la réplique aux caustiques Kids du Bondy Blog et de France Inter, Mehdi et Badrou, fit vibrer la corde sensible du public avec son interprétation des Vieux amants de Jacques Brel. Ou sa façon toute personnelle de dire que ce que voulait le Théâtre du Rond-Point des Champs-Elysées ce soir là, c’était l’égalité pour les homosexuels. Et il l’a voulait quand ? Maintenant !

Sandrine Dionys

Lien facebook, ici

Vidéo officielle de la soirée Mariage pour tous au Théâtre du Rond-Point

Soiree par mariagepourtous

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022