Décidément la discussion avec Elbekkay est passionnante. Quand il se compare à ses amis d’enfance, dont beaucoup ont connu la prison, il met sa chance sur le compte de l’éducation. Comprenez l’autorité de son père et les gifles qu’il recevait quand il faisait des « conneries ». « Moi, j’avais plus peur de mon père que de la police. » Le laxisme des autres parents, il l’attribue lui aussi, comme Diol il y a quelques jours dans ce blog et malgré leurs 30 ans d’écart, à ces lois françaises qui empêchent d’éduquer.

– J’y ai beaucoup réfléchi, explique Elbekkay, et je pense à une histoire qui est arrivée ici il y a deux ans. Un gosse avait fait une connerie, il avait manqué de respect ou volé quelque chose à quelqu’un, je ne me souviens plus, et cette personne était allée se plaindre à son père. Celui-ci avait réagi sévèrement.

– En somme, il a battu son fils…

– Non, il l’a corrigé! C’est légitime. Battre son enfant, c’est sans raison. Ici il l’a corrigé, parce qu’il y avait eu quelque chose. Le lendemain, à l’école, l’enfant avait une petite trace et ils ont rameuté l’assistante sociale, et le père s’est retrouvé un mois en prison. Je ne comprends pas! Comment peut-on mettre en prison un père parce qu’il a éduqué son enfant?

Cet échange me laisse songeur. Les méthodes d’éducation de la Cité – quand il y en a – semblent décidément assez dures et violentes. Mon collègue Paul m’avait aussi fait cette remarque, ça l’avait frappé (si j’ose dire). Faut-il vraiment en passer par cette violence « éducative » pour éviter que des jeunes soient abandonnés à eux-mêmes et n’aient plus aucun sens ni des limites, ni de l’autorité?

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021