Cette nuit, un lourd brouillard. Ce matin, un feu éteint. Des tee-shirts calcinés. Des journaux fondus dans le feu. Sur le trottoir du boulevard Davout, à Paris, un amas de papiers et tissus gisent. Cette nuit, un cocktail Molotov a fait péter Charlie. Le feu a noirci les locaux, le plastique a fondu. Depuis, tout s’est calmé. Le feu a disparu. Et les fenêtres ont cessé d’exploser.

Les journalistes, alertés à l’aube, arrivent peu à peu. Charb, le boss de la publication, pose devant le bâtiment avec le Charlie du jour, rebaptisé « Charia Hebdo ». Sur fond vert verdoyant, Mahomet prend les traits de la caricature et dit : « 100 coups de fouet si vous n’êtes pas morts de rire ».

Les passants s’amassent. « C’est une provocation de leur part » s’exclame l’un, en pointant la rédaction fractionnée. Un autre ne comprend pas : « Je suis musulman et je ne comprends ni la caricature, ni la réaction des gens qui ont fait ça ».

C’est le brouillard. Les policiers veillent sur le périmètre déchiqueté. Charb reprend : « Ceux qui pensent que c’est de la provocation sont des abrutis. Les auteurs de cet incendie n’ont rien à voir avec l’islam, n’ont rien compris à l’islam ».

Patrick Pelloux, chroniqueur du journal, sort des décombres  avec des  exemplaires de Charia Hebdo. Il en distribue aux journalistes et passants qui stagnent. « C’est un triste spectacle ». Mais la plupart des gens du quartier ne savaient pas ce qui se cachait au premier étage de ce bâtiment. « On ne savait pas qu’ils étaient là » clame une voisine. Et un voisin de la voisine de dire : « Ils sont la depuis un mois et demi un peu près. Et je savais que y’avait un certain risque ».

Soudain, l’endroit devient vite une place huppée. Dominique Soppo, président de SOS racisme, s’aventure dans l’arène. Suivi, de très près, par Sihem Habchi. La reine des Ni putes, ni soumises, s’est levée pour « soutenir Charlie ». Avant d’avertir : « Je ne parlerai pas des rumeurs et lettres anonymes qui me concernent ».

Des lecteurs viennent brandir « Charia Hebdo » pour prouver leur soutien. Les rédacteurs du journal soutiennent les soutiens. Pendant ce temps, Twitter flambe. Nicolas Demorand tweete : « Les équipes de Charlie hebdo sont les bienvenues à Libé le temps qu’elles retrouvent des locaux et des ordinateurs ». Delanoë déclare dans son coin qu’il va aider Charlie à se reloger.

Un couple qui a sauté de son lit s’avance devant le bâtiment : « La religion, c’est sacré. Il ne faut pas se moquer ». « Il faut laisser faire la justice. Mais nous, en tant que tunisiens, on vous soutient », admet un homme.

Les experts s’infiltrent au rez-de-chaussée. Ils analysent les lieux. Et les caméras, devant, campent. Les journalistes filment ceux qui s’indignent pour se montrer. Il est 11:02. Et c’est un drôle de spectacle.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022