Plusieurs personnes ont été attaquées par des chiens de différentes races ces dernières semaines, parfois mortellement. Le 31 mai, un garçon de huit ans est mort au Havre (Seine-Maritime) après avoir été mordu au cou par un mastiff. Le 3 juin au Bourget (Seine-Saint-Denis), un garçon de 8 ans a perdu un œil après avoir été mordu par un rottweiler. Le 9 juin à Sevran, toujours dans le 93, une fillette de dix-sept mois a été mortellement mordue au visage par un american staffordshire terrier. Le lendemain, une retraitée de 89 ans a été attaquée par un chien de cette même race et un pitbull alors qu’elle se promenait dans une rue de Saint-Vincent-de-Tyrosse (Landes).

Depuis 1999, le port de la muselière a été rendu obligatoire pour les chiens d’attaque et de garde. Mais parfois les maîtres oublient cette loi pensant pouvoir maîtriser leur chien. Les chiens d’attaque ont été un moment très à la mode dans les cités et on en voyait de plus en plus. Depuis le renforcement de la legislation, leur nombre a largement diminué.

J’ai interviewé Nicolas, un jeune Bondynois de 27 ans qui possède un rottweiler. Il nous raconte l’éducation qu’il donnée à son chien.

Pourquoi as-tu choisi de posséder un rottweiler ? C’est pour te défendre ?


C’est un ami qui me l’a donné, il n’en voulait plus alors je l’ai récupéré, c’est vrai que j’ai toujours voulu un gros chien, pour me protéger et en même temps c’était la mode. C’est une femelle.

Est-elle vaccinée ou stérilisée ?


Elle est vaccinée et déclarée, tout est en règle ; par contre elle n’est pas stérilisée car il y a différentes catégories de chien qui ne sont pas obligés d’être stérilisés et la mienne en fait partie.

Comment réagissent les gens par rapport à ton chien ?


Ça dépend, dans mon quartier, tout le monde connaît ma chienne, ils savent qu’elle est gentille et les enfants l’aiment bien mais quand c’est des personnes qui ne la connaissent pas parfois elles changent de trottoir.

As-tu déjà eu des accidents avec ton chien ?


Une fois, j’ai travaillé avec elle pendant un moment, j’étais agent de sécurité. Je travaillais la nuit, un soir alors je que je faisais ma ronde, j’avais vu des jeunes qui essayaient de pénétrer dans l’entrepôt et là j’ai lâché ma chienne, elle en a rattrapé un des cambrioleurs mais il n’était pas blesser. Dans les cas comme ça j’étais couvert par l’entreprise pour laquelle je travaillais.

Que penses-tu de la législation ?


Je ne suis pas du tout d’accord avec eux. Ma chienne, c’est moi qui l’ai éduquée. Elle peut être méchante si je lui demande. Mais elle est dressée dans tous les sens du terme.

On voit bien que les propriétaires pensent en général que leur chien ne peut être dangereux car il est bien éduqué. Le problème est que lorsqu’un rottweiler ou un pitbull échappe au contrôle de son maître, les conséquences peuvent être dramatiques comme on a pu le voir ces dernières semaines

 


Par Essy

Essy Gnaglom

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021