J’ai eu une petite discussion avec le maire de Bondy, Gilbert Roger, à propos d’un quartier du nord de la ville. Il s’agit du Carré, un groupe d’immeubles qui appartiennent à la ville de Paris et qui comptent 630 logements. Ils sont gérés par la Semidep, une société d’économie mixte qui possède 4965 logements, dont 1174 sont situés à Paris, et les autres en banlieue. Gilbert Roger constate que depuis de nombreuses années, la Semidep attribue systématiquement les logements du Carré aux familles qui ont le plus de difficultés sociales. Sans se soucier des problèmes que pose cette concentration de population très affaiblie. « Je pense qu’on peut affirmer que la Ville de Paris se débarrasse ainsi de tensions sociales en les mettant en banlieue », n’hésite pas à déclarer Gilbert Roger. On découvre ainsi qu’il y a des mécanismes pervers qui permettent à une collectivité publique de se décharger de ses problèmes sur une autre collectivité publique. Gilbert Roger (qui appartient au PS) a essayé d’en parler avec l’ancien maire de Paris, le chiraquien Jean Tiberi; il a essayé aussi d’en parler avec le nouveau maire, le socialiste Bertrand Delanoë. En vain… Désormais, le maire de Bondy se bat pour obtenir la gestion de ces logements HLM et pour essayer d’y installer une population mieux équilibrée. Voilà un combat intelligent. 

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021