Au seuil des vacances scolaires propices à la détente, la prise de recul et à la réflexion, nous vous adressons ce message à vous qui participez à faire vivre ce blog, votre blog.

La rédaction a été interpellée par certains commentaires récents. Faut-il être plus strict dans l’administration des commentaires ? L’un d’entre-vous, Bob, a répondu que cela porterait nécessairement atteinte au principe de liberté qui doit présider au développement des débats. Nous intervenons, donc, mais le moins possible, pour effacer les insultes, les attaques personnelles, et toute forme d’atteinte à la dignité, que ce soit celle d’un commentateur, d’un blogeur ou de qui que ce soit…

Nous avons également été choqués par certains commentaires douteux, notamment sous l’article consacré à la Merguez party des handballeurs. Les critiques sont les bienvenues, mais n’ont aucun intérêt quand elles s’en prennent de manière grossière et gratuite aux auteurs des posts, avec lesquels l’ensemble de la rédaction est de toute façon co-signataire. Nous invitons les auteurs à réfléchir à l’intérêt de leurs interventions, du point de vue du débat que nous essayons de susciter. Nous nous excusons auprès de l’écrasante majorité d’entre vous qui avez compris cela.

L’intérêt du Bondy Blog, c’est aussi qu’un débat libre y prenne ses quartiers. Nos blogueurs sont de jeunes Bondynois. Ils sont d’âges différents et de formations différentes. Tous sont bénévoles. La majorité d’entre-eux n’a reçu aucune formation journalistique: ils se forment, avec les moyens du bord. Nous nous efforçons de leur inculquer des règles de forme, sans entraver leur liberté quant au fond: le choix des sujets, l’angle retenu, leur regard à eux. Alors forcément, les articles sont de densité inégale. Autant le dire tout net: nous ne serons jamais L’Hebdo ni Le Monde diplo. Mais nous vous promettons qu’au sein de notre production, vous continuerez de trouver de quoi réfléchir à des sujets et des angles originaux. Sans prétendre pour autant représenter LA voix des banlieues. La banlieue c’est tout sauf monolithique. On y trouve une extraordinaire diversité sociale, ethnique, culturelle etc. On y trouve aussi un condensé des problèmes qui sont posés à l’ensemble de la société française. Et vos commentaires sont d’une valeur primordiale tant il est vrai que le débat libre, mais aussi courtois et de bonne foi, peut seul permettre de cerner une réalité aussi complexe.

Nous concevons nos sujets de blog comme des points de départ, matière à inspiration, que des jeunes gens formulent du haut ou du bas de leur jeune expérience. Notre vocation est triple :


1. offrir un espace de débat vraiment libre et interactif,


2. former des jeunes de Bondy à pratiquer une langue de travail, intégrer un format, respecter des délais. Une manière de leur forger un avenir,


3. faire entendre des voix qui sont absentes des grands médias, éclairer des problématiques qui ne font pas tous les jours la une des journaux.

Au plaisir, donc, de continuer à vous surprendre, de vous lire et parfois de croiser le fer avec vous.

La rédaction du Bondy Blog

Bondy Blog

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022