Dimanche dernier, au parc départemental de Marville, à La Courneuve, il y a eu, toute la journée, une rencontre sportive de volley réunissant des jeunes de Seine-Saint-Denis qui étaient là pour remporter la Coupe départementale du 93. Lors de ce tournoi, les équipes, composées de trois personnes chacune, se sont affrontées dans des matchs allant de 15 à 25 points. Les équipes étaient censées être classés par âge mais cela n’a pas vraiment été le cas. En effet, alors que je joue dans une équipe de cadette (15-16 ans), nous nous sommes retrouvées a jouer contre des seniors – non, ce ne sont pas des personnes âgées mais des personnes ayant plus de 20 ans !

Mais bon, on a pu s’entraîner, et voir nos défauts. Alors que nous étions en plein match, nos adversaires nous donnaient des conseils. C’était vraiment intéressant de jouer contre des personnes qui avaient beaucoup d’expérience et d’années de pratique derrière elles.

Durant ce tournoi, j’ai pu rencontrer des jeunes de Bondy, de Saint-Denis, de Noisy-le-Sec et d’Epinay-sur-Seine, et bizarrement, il n’y avait aucune rivalité entre eux, même si dans leurs villes ou dans leur cité, ces jeunes défendent leurs « territoires », leurs « zones », par « fierté ». Même si, parmi eux, certains se sont peut-être déjà battus contre des jeunes des équipes qu’ils affrontaient, là, ils étaient face à face, se parlaient et se tapaient dans la main à la fin de chaque match, et cela se faisait sans que leur entraîneur respectif ou sans que l’arbitre ne le leur demande. Durant ces petits matchs, les villes se sont donc rencontrées sur le terrain et il est même arrivé qu’une joueur appartenant à l’une des équipes arbitre un match sans que personne ne triche et sans adultes pour surveiller le bon déroulement de la partie.

C’est dans ces moments-là qu’on se rend compte que le sport permet à certains jeunes de maîtriser leurs pulsions, de se défouler autrement que par la violence. Ça leur apprend également à être fair-play et à respecter les règles. Et puis je peux vous dire que les personnes qui ont participé à ce tournoi ne l’ont pas fait pour les récompenses qu’il y avait à gagner car c’étaient des paquets de bonbons Haribo. Ils étaient juste fiers et se disaient qu’ils avaient gagné grâce aux efforts qu’ils fournissaient lors de leurs entrainements, plusieurs fois par semaine.

Aurélie Laizé

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022