Vendredi 5 mai, nous étions invités sur Beur FM pour un débat intitulé «jeunes : du dialogue à la prise de parole». A chaque fois que nous sommes invités par un média pour parler du Bondy Blog, nous essayons de répondre présent. On reproche souvent aux médias de n’évoquer la banlieue que lorsqu’elle renvoie des images négatives alors lorsque nous sommes invités pour mettre en avant l’aventure du Bondy Blog, nous essayons d’y aller.

Et les initiatives positives ne manquent pas !

Pour cette émission, nous partagions le plateau avec Camélia Montassere, jeune directrice de la collection «Cri urgent». Ces textes d’une quarantaine de pages au style brut sont des témoignages purs qui viennent s’inscrire sur les pages de cette collection aussi agréable à lire qu’à regarder. Pour le moment, trois cris ont été édités. «Avant de partir », un texte d’une jeune fille de 16 ans sur le suicide, «Mon soi disant amour» de Véronique 27 ans sur les impasses du couple.

Camélia Montassere lit à l’antenne un extrait du 3 ème texte : « Couvre feu » de Kamel 15 ans, sur les banlieues qui brûlent.

rien que chez moi ma mère « tu vois pas que je suis fatigué j’ai travaillé toute la journée moi ! » c’est ça qu’elle dit elle c’est ça qu’elle a à dire

et faut surtout pas lui parler sinon elle tape une crise de nerf

moi j’ai des états d’âme, elle, elle a « pas le temps »

une vie de chien de chienne

la vie de ma mère    elle fait de la peine…

Je suis en train de crever    personne voit  ça se passe à l’intérieur.

Quoi ? faudrait que j’m’explose la tête devant eux ou quoi ?

Les auteurs cette collection restent anonymes et l’éditrice préfère parler d’œuvre collective.

Dans « L’amitié au pied du mur » un texte à paraître fin Mai, Alexandre, 23 ans, gréviste de la faim devant la Sorbonne pendant la crise du CPE explique sa démarche, ses rencontres et dans « Libéré sur parole », Lucien un ex détenu de 58 ans parle de l’enfermement de l’être humain. En auto-distribution, on peut tout de même trouver ces livres en librairie, à la FNAC et à la fin de chaque ouvrage on trouve un appel à texte qui invite tous ceux qui ont un cri à pousser à prendre contact avec l’éditeur.

La maison d’édition le Grand Souffle qui abrite cette collection n’est pas tout à fait comme les autres. Créée par un collectif d’artistes depuis un peu plus de deux ans, c’est une maison associative essentiellement dirigée par des bénévoles qui portent le projet de donner vie à des textes utiles. L’attachée de presse de la collection «Cri urgent» est médecin dans la «vraie vie». Elle fait cela bénévolement pour sortir de son quotidien et pour se rendre utile. Elle nous dit sa difficulté de faire parler de cette collection devant la plupart des médias qui cherchent du Trash, du people ou du sensationnel.

Ces ouvrages sont pourtant essentiels pour essayer de comprendre «l’actualité du dedans», celle qui bat en chacun de nous.

Par Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022