Vendredi 5 mai, nous étions invités sur Beur FM pour un débat intitulé «jeunes : du dialogue à la prise de parole». A chaque fois que nous sommes invités par un média pour parler du Bondy Blog, nous essayons de répondre présent. On reproche souvent aux médias de n’évoquer la banlieue que lorsqu’elle renvoie des images négatives alors lorsque nous sommes invités pour mettre en avant l’aventure du Bondy Blog, nous essayons d’y aller.

Et les initiatives positives ne manquent pas !

Pour cette émission, nous partagions le plateau avec Camélia Montassere, jeune directrice de la collection «Cri urgent». Ces textes d’une quarantaine de pages au style brut sont des témoignages purs qui viennent s’inscrire sur les pages de cette collection aussi agréable à lire qu’à regarder. Pour le moment, trois cris ont été édités. «Avant de partir », un texte d’une jeune fille de 16 ans sur le suicide, «Mon soi disant amour» de Véronique 27 ans sur les impasses du couple.

Camélia Montassere lit à l’antenne un extrait du 3 ème texte : « Couvre feu » de Kamel 15 ans, sur les banlieues qui brûlent.

rien que chez moi ma mère « tu vois pas que je suis fatigué j’ai travaillé toute la journée moi ! » c’est ça qu’elle dit elle c’est ça qu’elle a à dire

et faut surtout pas lui parler sinon elle tape une crise de nerf

moi j’ai des états d’âme, elle, elle a « pas le temps »

une vie de chien de chienne

la vie de ma mère    elle fait de la peine…

Je suis en train de crever    personne voit  ça se passe à l’intérieur.

Quoi ? faudrait que j’m’explose la tête devant eux ou quoi ?

Les auteurs cette collection restent anonymes et l’éditrice préfère parler d’œuvre collective.

Dans « L’amitié au pied du mur » un texte à paraître fin Mai, Alexandre, 23 ans, gréviste de la faim devant la Sorbonne pendant la crise du CPE explique sa démarche, ses rencontres et dans « Libéré sur parole », Lucien un ex détenu de 58 ans parle de l’enfermement de l’être humain. En auto-distribution, on peut tout de même trouver ces livres en librairie, à la FNAC et à la fin de chaque ouvrage on trouve un appel à texte qui invite tous ceux qui ont un cri à pousser à prendre contact avec l’éditeur.

La maison d’édition le Grand Souffle qui abrite cette collection n’est pas tout à fait comme les autres. Créée par un collectif d’artistes depuis un peu plus de deux ans, c’est une maison associative essentiellement dirigée par des bénévoles qui portent le projet de donner vie à des textes utiles. L’attachée de presse de la collection «Cri urgent» est médecin dans la «vraie vie». Elle fait cela bénévolement pour sortir de son quotidien et pour se rendre utile. Elle nous dit sa difficulté de faire parler de cette collection devant la plupart des médias qui cherchent du Trash, du people ou du sensationnel.

Ces ouvrages sont pourtant essentiels pour essayer de comprendre «l’actualité du dedans», celle qui bat en chacun de nous.

Par Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021