Mon premier permet de partager un moment convivial avec des inconnus. Mon deuxième offre l’inespérée occasion de ressortir nos chansons de colonies de vacances. Mon troisième diminue la consommation d’essence et les émissions de gaz à effet de serre. Mon tout se nomme covoiturage. Comme beaucoup d’activités demandant une mise en relation avec des inconnus, les sites de covoiturage explosent sur la toile. Tout a commencé avec Allo Stop, association créée en 1958 par un Breton.

Valentine, contactée sur l’un de ces sites, raconte son expérience : « C’est très facile pour moi de trouver des passagers pour mon aller-retour hebdomadaire en Bretagne. Je reçois entre 2 et 5 e-mails par jour pour ça ! Du coup, j’ai vite supprimé mon adresse perso du site et je m’en suis créé une spéciale pour le covoiturage. Le principe, c’est premier arrivé, premier servi. »

« Je n’ai jamais fait d’auto stop, poursuit-elle. Pour une fille toute seule, en plus, sûrement pas ! Pour mon premier trajet, j’étais passagère. J’avais pensé à demander une photo du conducteur pour le reconnaître. Il a refusé. Ça m’aurait rassurée je pense. Entre-temps j’ai acheté une voiture et je propose trois places dans ma Clio toutes les semaines depuis deux ans. Ça me permet de rentrer régulièrement voir ma famille et mes amis à moindre frais. » Mappy prévoit 57 euros pour un aller simple Paris-Rennes. Valentine demande 15 euros par personne pour un trajet de 4 à 5 heures. Le compte est bon. Pour un voyage en TGV, il vous en coutera entre 52 et 66 euros un billet acheté dans la semaine.

Une réelle alternative pour ceux qui prévoient leurs week-end à la dernière minute – les prix n’augmentent pas à l’approche de la date du départ comme pour le train – et qui n’ont ni voiture ni gros budget. Pour celles et ceux qui n’ont pas encore franchi le pas, voici étapes les incontournables du parfait covoituré !

Vous ne savez pas par où commencer ? Tapez tout simplement « covoiturage » dans n’importe quel moteur de recherche. Vous serez dirigé vers les sites les plus fréquentés. Si vous voulez sortir des frontières hexagonales, les sites d’expatriés forment un excellent vivier. Forum pour qui se veut se rendre aux Pays-Bas par exemple.

Repérez les conducteurs ou passagers intéressés par le même trajet que vous. Commencez par une annonce sympathique et directe. Si la concurrence est rude, le conducteur privilégiera peut-être votre bonne humeur. Exemple d’annonce facile à transposer : « Bonjour Miguel, pourriez-vous m’indiquer : s’il vous reste une petite place ? Le cas échéant, les horaires et lieux de départ et d’arrivée pour l’aller et le retour, ainsi que le tarif ? D’avance merci et très bonne fin de journée ! »

Le reste de la marche à suivre :

1. S’assurer du prix par trajet. J’ai vu des Paris-Rennes pour 150 euros. Une voiture 5 personnes, 30 euros, le compte est bon ! Sauf que le prix du péage n’était pas inclus (c’est donc pour ça, qu’il était précisé « par autoroute » !) et que le conducteur ne s’incluait pas dans la partie. Ça fait vite monter la facture, de 30 euros elle passe à 43.50 euros. A ce prix-là, optez pour un billet de train acheté à l’avance, c’est sensiblement le même prix et ça demande moins de temps en organisation et en transport.

2. Proposez des points de rendez-vous intelligents. Ni trop loin d’un axe principal. Souvent on perd du temps pendant les trajets en ville et en entrant et sortant de l’autoroute. Ni trop difficile à atteindre. Tout le monde n’est pas équipé d’un GPS !

3. Enquérez-vous de la capacité du coffre du véhicule. Si la Clio de Valentine peut prendre cinq passagers, la place dans le coffre est sans doute réduite. Même si le système est plus flexible que le règlement des compagnies aériennes, payer un supplément ne changera rien. Si votre valise de 35 kilogrammes ne rentre pas dans le coffre, inutile d’insister.

4. Echangez vos coordonnées avec le conducteur, voire avec d’autres passagers dès que le voyage est confirmé. A la dernière minute un rendez-vous peut être changé. Numéro de portable et adresse email sont largement suffisants.

5. Le coup de la photo peut effrayer votre interlocuteur. Une simple description physique de votre personne et du véhicule, plaque d’immatriculation comprise, vous aideront à vous reconnaître le jour J. Si le point de rendez-vous est un parking, des Clio gris métallisé tout comme les Golf trois portes ne manquent pas. « Combien de fois ai-je accosté des gens dans leur voiture, en pensant avoir trouvé mon groupe de voyageurs ! », plaisante Farid, usager régulier de ce service.

Le reste n’est qu’une question de bon sens.

6. Amenez de la bonne humeur, une bouteille d’eau (faire la conversation à des inconnus assèche rapidement les muqueuses buccales) et du liquide pour payer la course.

7. Evitez de fumer et de manger dans le véhicule dans demander la permission. Cette deuxième requête m’a rarement été refusée.

8. Ne pas s’endormir dès les premiers kilomètres, surtout sur le siège passager.

Bouchra Zeroual

Bouchra Zeroual

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021