Ce soir, j’ai rendez-vous avec moi-même. Plus précisément avec mon corps. Mes cours de danse ont pris fin il y a peu et m’aventurer dans une expérience différente avec mon enveloppe corporelle me séduit. A quelques pas de l’Arc de triomphe, le Secret Square, « temple du glamour et de la volupté », m’attend. La petite porte en velours noir s’ouvre à l’heure dite. L’obscurité qui règne me transporte instantanément dans l’ambiance du cabaret, dans l’univers de la nuit et des jeux interdits. La rambarde en bois massif accompagne ma longue descente vers la salle de restaurant, qui est des plus intimidantes.

Le bar faiblement illuminé fait face à la petite estrade circulaire où le spectacle se donne. Des petites tables rondes avec fauteuils de velours rouge jouxtent le podium à moins d’un mètre. Après avoir été chaleureusement reçue et après avoir endossé le tee-shirt de la maison, prêté pour l’occasion ; fébrile, je tente cependant de me mettre à l’aise. J’écoute Léa, la directrice artistique du lieu, une ancienne danseuse, dont l’unique pièce de tissu laisse apparaître un corps magnifiquement entretenu. J’observe attentivement les lents mouvements de son corps déployé dans l’arène de la volupté.

Lenteur dans la marche autour de la barre, pauses pour admirer le corps se livrer, regard qui fixe et suggère le désir : la séquence érotique est assurée. Léa explique comment faire de même en prodiguant moult conseils. Son regard, à la fois bienveillant, un tantinet lubrique et excité me rend nerveuse. Chaque regard lancé doit être rempli de désir. La posture d’une strip-teaseuse enseignant son art me trouble.

Mon tour arrive. Je me dois de minauder, corporellement, entièrement. J’imite mon professeur, fais quantité d’erreurs. J’enregistre : marcher à pas de loup, jeter un regard par derrière l’épaule, enchaîner très lentement les poses qui éveillent l’appétit sexuel. Il faut apprendre à dompter la barre, pas facile. A moins que ce ne soit moi ? Je répète : prendre tout son temps, poser, cambrer son dos, caler son fessier contre la barre. J’aurais du mal à soutenir le regard d’un public. Je ne suis pas farouche mais tarde à trouver le tempo de l’exercice, la tonalité de la sensualité.

Bien que les positions de pole dance m’y aident, j’ai des difficultés à retenir les pas, à ne pas douter. Sous le haut patronnage de ma coach d’un jour, je me mets dans la peau d’une show-woman. Je feins le désir, je fais semblant, je m’abandonne partiellement. Même après 1h30 d’essai, l’exercice est loin d’être facile. L’expérimenter me fait comprendre la prouesse d’un tel show. Assumer son corps et ce qu’il peut évoquer, donner à voir, susciter ; je poursuivrai l’aventure dans la vraie vie, c’est sûr. Au Secret Square, un jour peut-être.

Stéphanie Varet

Paru le 25 juin 2010

Stéphanie Varet

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021