L’année scolaire est terminée, les examens sont passés, les beaux jours devraient faire leur apparition pour nos juillettistes. Pour éviter les bains de foules au bord des plages, certains décident de partir en vacances à la montagne, pensant que l’air y sera meilleur et qu’il y aura moins de monde. Jessica tente l’expérience pour la deuxième fois, mais cette année, c’est différent…

N’ayant pas été déçue de son été de l’année dernière à Tignes, Jessica décide d’y retourner espérant retrouver le soleil et l’air frais qu’elle avait tant appréciée. Tignes est la ville la plus sportive de France. Alors elle sait que du côté des activités en plein air elle sera encore servie et ceci gratuitement puisque la ville met à la disposition des vacanciers une carte nommée « Sportignes » qui permet un accès aux terrains de foot, de basket, de beach volley et de tennis. C’est décidé cette année, elle profite un maximum de la prestation offerte par la ville de Savoie. Cependant un petit hic vient faire son apparition, bouleversant tout ses plans : La météo.

Elle avait pourtant tout prévu jusqu’au moindre détail. Le matin, c’était randonnées sur les montagnes et l’après midi c’était plutôt activités sportives en plein air. Le tout finalisé par une bonne gaufre dégustée sur la terrasse d’un café donnant sur le lac si bleu. Elle a du très vite remballer tout ça pour ne se fier qu’à une chose : le temps qu’il fera à son réveil. Son premier réflexe était d’ouvrir les rideaux le matin pour observer le temps. Chaque matin ( ou presque ) elle était déçue par ce temps maussade rempli de pluie, de froid et même quelque fois de neige. Mais qui l’aurait cru ? De la neige en plein mois de juillet. Elle observa les mordus de ski d’été passer sous ses fenêtres, leurs skis à la main, leurs doudounes sur le dos et leurs lunettes XXL recouvrant la moitié de leur visage. Elle était stupéfaite par ce qu’elle voyait, elle se croyait en plein mois de février.

Mais elle décida quand même d’arpenter les chemins de sentiers qui s’offraient à elle à défaut de ne pas profiter du pédalo ou encore du kayak, mais surtout pour éviter de rester enfermée dans le studio à regarder la télé. Elle monta jusqu’à 2458m d’altitude et croisa des randonneurs : « cette année, on ne vas pas beaucoup bronzer, mais c’est agréable quand même ».  Agréable c’est vite dit, il fait quand même -2 en plein mois de juillet mais bon. A cet instant même, elle regretta de ne pas faire partie de ces nombreuses personnes qui préfèrent se griller la pilule sur la plage à 40 degrés. Mais elle remarqua très vite qu’elle n’était pas la seule dans ce cas. D’après le journal de notre cher Jacques le Gros, même dans le sud il fait moche  » les terrasses de café sont vides, le marchand de glace a pris place au milieu du village sans grande certitude ».

Lors d’une randonnée organisée par sa résidence, elle découvrit cependant un couple bien heureux de cet air bien frais. Ils viennent de St Barth et trouvent ce temps juste « génial », eux qui sont habitués à un temps très humide et chaud, pour le coup, ils se sentent très bien à Tignes. Leur petit garçon est « émerveillé par la neige en juillet ». Un jeudi matin, Jessica s’offrit une randonnée de 3h montant jusqu’à 2700m, la neige a fondu mais le froid persiste. Les randonneurs cependant sont toujours là à vous dire  » bonjour » en claquant des dents à chaque rencontre.

Tignes est habituée à ce genre de météo mais la famille parisienne pas forcément. Mais la ville fait tout de même son maximum pour divertir les vacanciers malgré tout. Lorsque quelques rayons de soleils font leur apparition, certains courageux s’essaient au Waterjump, animation qui comme son nom l’indique consiste à sauter dans l’eau. Munis d’une combinaison, les amateurs se jettent sur une piste mouillée et atterrissent 4 secondes après dans l’eau en faisant un saut surprenant pour certains, ridicules pour d’autres.

D’autre part, le finaliste du Top 14, le Montpellier Hérault rugby club ( MHRC ) s’entraine chaque matin au pied des résidences. L’occasion pour certains de voir de plus près Fabien Galthié ou encore Eric Bechu, un des staff les plus prometteurs du championnat Français. Et tout ça agrémenté de quelques gouttes de pluie bien sûr sinon ce ne serait pas marrant. L’équipe finira son séjour dans un tournoi de beach rugby, où le sable colle au pied comme c’est pas permis. La montagne ça vous gagne OK, mais bon faut pas abuser non plus… De la neige en juillet ! Bilan d’une première semaine à Tignes : Froid, montagne, neige au lieu de sea, sex and sun…

Jessica Fiscal

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022