Le RAP, c’est aussi le nom de l’association : « Résistance à l’Agression Publicitaire ».

Comme son nom l’indique, cette association lutte contre le matraquage publicitaire. Les raisons sont claires, il est scandaleux que chaque personnes reçoive l’équivalent de 40 kg chaque années dans sa boîte aux lettres de prospectus (ce sont leurs sources). Tout ceci constitue du gaspillage, et accroît le volume de déchets. Et toujours d’après leurs sources, si 5 % des français faisaient le choix de ne plus recevoir d’imprimés ce seraient, entre-autres, 400 000 arbres épargnés. Donc si aucun Français ne recevait de prospectus, ça fait 8 millions d’arbres épargnés !

Contre tout ça, il n’y a pas de solutions miracle, il y aura toujours de l’imprimé.

Des actions sont menées pour faire face au problème, renvoyer le prospectus reçu à l’expéditeur ou écrire à la société pour lui signifier son ras le bol. On peut aussi s’inscrire sur une liste « stop publicité » à l’Union Française du Marketing Direct ou à la liste Orange de France Télécom,  petites méthodes pas toujours efficaces pour défendre sa boite aux lettres. Tout ceci ne pesant pas très lourd, des revendications claires sont adressées par l’association aux pouvoirs publics :

– L’adoption d’une loi garantissant le respect des autocollants anti-publicitaires comme c’est déjà le cas au Portugal, en Allemagne, à Bruxelles;

– La mise en place d’une taxe obligatoire pour les distributeurs, leurs faisant supporter le coût réel du traitement des déchets engendrés, qui représenterait 110 millions €;

– Un plan national de réduction de ces déchets à la source, sur le modèle de celui en vigueur à Bruxelles.

Ces informations ont été recueillies lors de la journée nationale de déversement de prospectus, forcément, pour mobiliser le maximum de personnes, et pour se faire connaître… ils n’allaient pas distribuer des prospectus !

L’association défend la cause écologique avec des choses simples et tout ceci m’a donné la curiosité de voir si Nicolas Hulot en parle dans son pacte écologique. Sur le site de ce pacte écologique, on y trouve les explications de la démarche consistant à faire signer ce pacte à tous les candidats de droite comme de gauche car c’est une cause commune bien au dessus de ce clivage. Mais sur les propectus, rien. J’apprends ensuite que le pacte écologique en lui-même est à vendre sous forme de livre. Encore du papier !

Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021