Il y a des jours qui nous font douter de notre propre pays. Ce mardi, une vague de pressions politiques, de matraquage médiatique et de menaces verbales et physiques a poussé Decathlon à annuler la commercialisation d’un « hijab de running », simple bout de tissu devant rendre plus confortable la pratique du sport aux femmes voilées. En 2019, en France. Le sacro-saint pays des droits de l’homme, qui n’est toujours pas celui des droits de la femme, décidément pas celui des droits de l’autre.

Il y a dans l’épisode d’hier quelque chose de profondément inquiétant. Que la fachosphère s’emballe dès qu’il est question d’islam n’a rien de nouveau ni de surprenant. Mais les temps ont changé. L’islamophobie s’est diluée et son expression s’est libérée. La vague anti-hijab de running n’était pas le monopole de quelques xénophobes derrière leur écran. Non, elle a été portée et amplifiée par des responsables politiques : Aurore Bergé, porte-parole d’En Marche, Lydia Guirous, porte-parole des Républicains, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, ou encore François Bayrou…

Le message était clair : le voile, c’est la « promotion d’une idéologie », c’est la porte ouverte à « l’islam politique », c’est « contraire aux valeurs de la France ». Et tant pis si la première de ces valeurs est la liberté. Par exemple celle, pour un citoyen, de porter les vêtements de son choix ou celle, pour une entreprise privée, de les commercialiser.

Après le burkini, Mennel, Maryam Pougetoux…

La France en est réduite à un point où une frange de sa société et de sa classe politique se tend dès lors qu’il s’agit d’islam, alors symbolisé par le voile que portent certaines de ses pratiquantes. Ce qui est attaqué ici, ce n’est ni Décathlon, ni le sport, c’est bien la figure de la femme voilée. La névrose persiste, perfide. A défaut d’avoir le courage de proposer l’interdiction du port du voile, on s’attaque à toutes ses expressions. En gros, le message est le suivant.

Femmes voilées, on vous accepte… sauf si :

  • vous voulez faire des études (« Il faudrait » interdire le voile à l’université, Manuel Valls)
  • vous voulez accompagner vos enfants à l’école (« Normalement, non », ce n’est pas possible, dixit Jean-Michel Blanquer)
  • vous voulez chanter sur TF1 (surtout si vous chantez en arabe, « par les temps qui courent », comme l’a dit Isabelle Morini-Bosc)
  • vous voulez vous engager dans un syndicat (souvenez-vous Myriam Pougetoux, de l’UNEF Paris-IV, dont le voile a été jugé « choquant » par le ministre de l’Intérieur lui-même)
  • vous voulez faire du sport (dernier épisode d’une série promise à un bel avenir)

Bref, on vous autorise à respirer sur notre sol, estimez-vous donc heureuses. Et tant pis si les femmes voilées d’aujourd’hui sont françaises pour l’essentiel, libres, conscientes et maîtresses de leur choix. En prétextant lutter contre leur aliénation, on obstrue en fait leur émancipation. Le sport, l’éducation, la vie en société, l’engagement pour des causes : voilà ce qui émancipe, voilà ce qui rassemble. Voilà précisément ce dont on veut priver les femmes voilées.

Ce message absurde et paradoxal, c’était déjà celui entendu au moment de la polémique du burkini, au moment de l’affaire Mennel, au moment de l’affaire Pougetoux… Notre débat politique et médiatique se fige lorsqu’il s’agit de voile. Il se fige autant qu’il s’hystérise, il ne parle plus que de ça. Mais le plus inquiétant, au fond, c’est que ces discours islamophobes aient encore une fois gagné.

Comme avec Mennel, la pression a fait plier les décideurs. Le communiqué de Décathlon est d’ailleurs limpide à ce sujet. La marque dit avoir reculé « pour garantir la sécurité de nos coéquipiers. » Il nous a fallu relire deux ou trois fois cette phrase pour être sûrs de bien la comprendre. Oui, en France, en 2019, des femmes et des hommes peuvent être en danger physique parce qu’ils travaillent pour une marque qui vend un hijab de running.

Et si le plus inquiétant était l’absence d’indignation ?

Et ça ne semble pas choquer grand-monde. Pire, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, est même venue dire sur BFMTV son soulagement après lecture de ce communiqué. « Heureusement qu’ils reculent », a-t-elle estimé. Voilà les vrais problèmes. Ceux qui évitent d’avoir à justifier les cinq millions de chômeurs en France ou sa propre incapacité à agir.

Dans ce flot déprimant, rares ont été les étincelles d’espoir, les prises de positions courageuses. Il y a bien eu Aurélien Taché et Fiona Lazaar, parmi une poignée de députés LREM, qui ont sauvé leur honneur (pour celui de leur mouvement, il était peut-être trop tard). Il y a bien eu Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, qui a fait un heureux rappel sur Twitter.

Mais nombreux ont été celles et ceux qui, ce mardi, ont brillé par leur absence. Qu’une frange xénophobe de la population, aidée par quelques politiciens portés par l’air du temps, puisse prendre en otage le débat public, contraindre (par la force et la menace) une entreprise privée à renoncer à sa liberté, priver des concitoyennes de se vêtir comme elles le souhaitent devrait susciter une vague d’indignation de tous bords. Cela n’a pas été le cas. Il est là, précisément, le danger. C’est celui que la société française s’habitue à voir ses valeurs malmenées et ses libertés individuelles bafouées. Il serait alors permis de tout imaginer.

Ilyes RAMDANI

Articles liés

  • Clichy-sous-Bois dans la peau : dans les yeux de Kwamé

    Il faisait partie du groupe de jeunes garçons qui a couru en voyant la police le soir de la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré. 15 ans après le drame qui l'a marqué lui, les habitant· e· s de la a ville de Clichy-sous-Bois, et celles et ceux des quartiers populaires qui ont réagi par ce que l’on a appelé les “révoltes urbaines”, il prend la parole pour nous raconter comment il s'est reconstruit. Et comment sa ville de Clichy-sous-Bois a évolué. Portrait.

    Par Anissa Rami
    Le 27/10/2020
  • Après l’effroi de Conflans, le désarroi des profs devenus derniers remparts républicains

    Où en sont les profs après la terrible attaque mortelle de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie au collège du Bois d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) ? Alors que le ministre de l'éducation nationale a annoncé son intention de "protéger" les enseignant·e·s, certain·e·s restent mitigé·e·s face à la nouvelle prise de conscience collective de la sphère politique et médiatique, sur l'importance du métier.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 20/10/2020
  • À Épinay-sur-Seine, un lycée au milieu des gravats et sans savon en plein Covid-19

    Le lycée Jacques Feyder à Épinay-Sur-Seine, en travaux depuis trois ans, est toujours en chantier. Et avec l’épidémie, les conditions sanitaires se détériorent. C’est ce que dénonce l’ensemble du personnel réuni jeudi 15 octobre 2020 devant les portes de l’établissement. Alors que de nouvelles mesures sanitaires viennent d’être annoncées par le Président E. Macron, les enseignants et l’infirmière de l’établissement réclament de meilleures conditions de travail. Reportage.

    Par Chahira Bakhtaoui
    Le 16/10/2020