En primaire, je me suis fait engrainer comme la plupart des garçons par le foot. Forcément, il fallait que je m’identifie à une équipe et mes influences ont fait que ce fut le PSG. Le temps a coulé, et au collège, grâce à la Maison de quartier, j’ai pu me rendre au fameux stade du Parc des Princes pour voir un match du PSG. Déjà à l’époque on m’indiquait la tribune Boulogne comme la tribune des racistes et des skinheads. Au lycée, en discutant avec un pote, on s’est dit que ça serait sympa d’aller voir un match. Mais voilà, les places pour voir un match n’étaient vraiment pas données. Les places les moins chères sont celles situées derrière les buts, c’est à dire soit la tribune Auteuil, soit la tribune Boulogne. Auteuil étant constamment saturée par les abonnés au stade il n’y avait donc que la tribune Boulogne pour voir un match sans se ruiner. Au début je ne souhaitais pas aller dans cette tribune à cause de mes yeux bridés. Mais mon pote m’assura qu’il y était déjà allé -ce qui m’a surpris car il n’était pas raciste, et que je ne risquais absolument rien.

  

Et hop, j’allai voir un match du PSG en tribune Boulogne, et franchement, je n’ai pas eu un mot concernant ma face de citron. Je n’avais vraiment rien constaté de spécial. Finalement, en l’espace de deux ans, je m’y suis rendu une dizaine de fois.

C’est un peu comme les banlieues, les banlieusards ne sont pas des fouteurs de merde, mais il y a des fouteurs de merde dans les banlieues, Boulogne n’ait pas une tribune de racistes, mais une tribune où il y a des racistes. Il y a Boulogne haut et Boulogne bas. D’après ce que j’ai vu, en bas, la tribune qui sera fermée, c’est là que j’ai vu bon nombre de faits racistes. Des cris de singes, des injures immondes faisant références à la couleur de peau, peu de personnes criaient mais personne autour ne réagissait. Je ne sait pas si toute cette tribune cautionnait cela, mais en y réfléchissant, moi non plus lorsque j’y étais, j’ai pas osé interpeller ceux qui criaient des horreurs. Une autre fois j’ai entendu une discussion, l’un disait à l’autre : « regarde, y a un chocolat au lait là-haut, qu’est-ce qu’il fait là ? ». Il y a aussi les drapeaux français que certains supporters brandissaient pour un match contre une autre équipe française… Un moyen indirect de revendiquer quelque chose ? Boulogne bas est déjà séparée en deux par une barrière, d’après ce qu’on m’a raconté, le côté qui a l’air vide est celui où les racistes fachos se regroupaient, le noyau dur. Et on aurait limité la vente de billets dans cette partie pour erradiquer ce noyau. Mais le problème aurait juste été déplacé. Oui, cette partie de la tribune Boulogne contient bon nombre de racistes. Tout spectateur noir qui achèterait un billet dans cette tribune serait par mesure de sécurité dirigé vers une autre tribune de peur que celui-ci ce fasse lyncher. En bas, je n’y suis pas allé beaucoup de fois, je ne me sentais vraiment pas à l’aise avec tout ce que j’entendais ou que je voyais.  En haut par contre, je n’ai pas le souvenir d’avoir aperçu de problèmes, j’y ai déjà aperçu des noirs dans la tribune, j’y suis déjà allé avec des amis arabes, tout s’est toujours bien passé, mais le plus souvent, l’intention était attirée par ce qui se passait juste en bas lorsque l’on entendait de vilaines choses.

  

Il y a même une association de supporters qui s’appelle les « Boulogne boys » , avec toute l’actualité que génère la tribune Boulogne à cause d’une minorité, cette association a très mauvaise réputation juste à cause de son nom.

Les racistes extrémistes utilisent donc le football et squattent les stades pour leur épanouissement. Ils salissent le sport, le football, ils ne pensent pas aux enfants qui les regardent, ou peut-être simplement: ils ne pensent pas.  

 

Et à force de déraper, forcément, un moment c’est l’accident. Jeudi dernier L’équipe du PSG perd à Paris contre une équipe Israélienne. A la sortie du stade une centaine de supporters se serait prit à un supporter Israélien. Un policier noir en civil est également pris à parti en essayant de secourir le supporter Israélien. Sa vie étant en danger, le policier tira deux coups de feux et tua un supporter du PSG. Le problème des supporters racistes à aboutit à un véritable drame, il y a carrément eu un mort.

Mais que faire pour que ce genre d’événements n’arrive plus ? Peut-on éradiquer complètement ce problème ?

Pour le prochain match du PSG à Paris prévu dimanche prochain à 18h, il a été prévu de l’avancar à deux reprises pour mieux canaliser les éventuels incidents et surtout de ne pas ouvrir la tribune Boulogne bas et d’arrêter la commercialisation des places pour le match. La décision fait polémique dans le monde des supporters parisiens, la tension n’a fait que monter depuis. Les supporters de la tribune basse de Boulogne seront certainement présents aux abords du stade, et la crainte d’un boycott des supporters étant également envisageable, ces derniers seraient également aux abords. Cette situation pourrait évidement mal tourner, sachant de plus qu’il y a même une guerre interne entre différentes assos de supporters. Venger le supporter, mauvais résultats sportifs, guerre de supporters, interdiction de stade, tout pourrait converger pour servir de prétexte aux imbéciles pour s’affronter avec les forces de l’ordre.

Avec ce climat qui sent la poudre, la préfecture de police a donc finalement décidé d’annuler le match en attendant de trouver une issue. Pour dimanche, du côté de la porte de Saint Cloud, il n’y aura , on l’espère, seulement qu’une marche silencieuse, prévue à la mémoire du supporter décédé.

Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021