Sur deux jeunes Français invités à donner leur avis sur les émeutes, la moitié n’a rien à dire. Grégoire, 21 ans, habite chez sa mère à Livry-Gargan (93), la commune qui jouxte Clichy-sous-Bois. « Moi, je n’ai rien vu. J’ai juste pris le train, comme d’habitude. Les étrangers qui regardaient la TV devaient penser que la France était en guerre civile. Mais moi, je n’ai rien vu ».

Laure, 16 ans, originaire de Normandie, connaît bien la vie de banlieue. Elle a vécu six ans dans une cité de Poissy, à un jet de pierre des usines Peugeot. Pour Laure, « le problème de base, c’est l’éducation ou plutôt les lacunes dans l’éducation. »

Inquiète? « Je suis davantage inquiète après avoir vu les infos au 20h qu’en traversant ma cité. On passe de la grippe aviaire à la grève de la SNCF en passant par la crise des banlieues. C’est vraiment déprimant, et les médias portent une lourde responsabilité en se centrant sur le décompte de voitures brûlées. Alors, c’est à la cité qui en incendiera le plus. A Poissy, ceux de ma cité avaient la haine pour ceux de la cité d’en face. Ce matin, j’attendais le RER et des jeunes regardaient le ballast entourant les voies ferrées. L’un d’eux a dit « ouais, la prochaine fois, faudra ramasser ces cailloux, ils ont juste la taille idéale ». Je raconte l’anecdote à un contrôleur de la SNCF. Lui aussi, il est inquiet.

 

 

Par Roland Rossier

 

Roland Rossier

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021