« Man, j’étais dans un hôtel à New York avec ma meuf quand on a croisé deux meufs avec un cul de fou. Elles ont kiffé diiiirect sur mes pecs. Et devine quoi ? L’une d’entre elle est venue chercher ma meuf pour aller faire du shopping pendant que je faisais passer l’autre à la casserole. Puis durant tout mon séjour, elles ont changé de rôle. » Trouvez-vous que cela ressemble à une scène d’un film pour adulte ? Moi aussi ! Cependant Albert*, diplômé d’un Bac+15 en mythomanie option Hollywood studio, a décidé de me faire avaler ça (oui c’est osé).
Albert c’est le genre de mec sympathique, souriant, avec de la tchatche qui fume votre crédulité sans filtre. La main sur le cœur et l’autre parfois dans le slip, il vous refourgue sans cesse des scénarios dignes d’Hollywood, comme des anecdotes de sa vie. Un vieux de la vieille du mensonge dont le code de l’honneur est de toujours mentir en regardant droit dans les yeux. Le Godfather des mythos en somme.
Vous avez vu une licorne vers 6 h du matin en partant au travail ? Don’t panik, Albert a déjà vu un dragon crachant du feu sur le périphérique le soir en rentrant du boulot. Vous avez mis de l’Axe et réussi à charmer une centaine de filles dans une même journée ? Pas la peine de frimer ! Albert a déjà fait chavirer le cœur de mille et une femmes. Et ce grâce à ses propres phéromones.
Cependant dans un monde où  internet est maitre mot, ou Latifa se fait matcher sur Tinder, le génie d’Albert disparaît peu à peu et laisse place à la fougue des jeunes loups sans scrupule. Ceux-là sont prêts à tout pour s’offrir les charmes de jeunes demoiselles qui n’ont d’affinité que pour les jeunes hommes pleins aux as. C’est donnant-donnant.
Locataire du premier étage d’un lit superposé chez papa et maman, ces jeunes Rocancourt misent tout sur l’apparence. Avec leur maigre Smic, ils n’hésitent pas à acheter des montres ou des ceintures de luxe pour asseoir leur crédibilité.  « La ceinture Gucci ? Je l’ai achetée à 300 balles. C’est pour me faire passer pour un footballeur! Sur Instagram, les meufs kiffent ça » m’explique Alain*, escroc du net lui aussi.
Le footballeur, voici donc là le modèle à suivre pour être dans le coup. Et pour bonifier leurs mensonges, rien n’est trop beau pour ces arnacoeurs. Ainsi il n’hésite pas à publier sur les réseaux sociaux des photos d’eux  au volant de la belle voiture d’un inconnu qu’ils ont préalablement supplié. Et s’il n’y a pas de bolides, une moto garée dans la rue fera l’affaire. « Mon gars c’est simple. Tu te prends en photo dans une belle voiture, tu montres un peu tes muscles, elle clique j’aime. Tu lui envoie un petit message et le tour est joué. Elles kiffent ça » Vincent*, acolyte d’Alain.
Cependant parfois le mensonge remonte à la surface. « Un jour je suis allé voir une meuf que j’ai rencontrée sur Instagram avec ma voiture. Et cette conne a appelé sa copine pour lui dire que j’avais une vieille voiture », Alain, escroc démasqué.
Mohamed K.
*ces lascars étant mes potes les prénoms ont été modifiés pour ne pas gâcher leur business.

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021