Poulet curry, vinday, achards de légumes, beignets, samoussas… La cuisine mauricienne est une mosaïque de saveurs et de cultures. Elle s’est enrichie au fil du temps de nouveaux parfums venus d’Inde et d’Afrique. Mon choix se porte sur le poulet rougail accompagné de riz basmati parfumé à la cannelle et aux aromates. Il est cuisiné par Dowlut et servi par son épouse Mala. Le poulet rougail est un plat créole fait à base de poulet, de tomates, d’oignons, de thym, de persil, relevé à l’ail et au gingembre. Dowlut a quitté l’Ile Maurice au début des années 80 pour vivre son rêve «français». D’abord serveur dans un restaurent Parisien, il apprend la cuisine orientale puis finit par gagner la confiance du patron. Alors il décide d’ouvrir à son tour, son propre resto, mauricien bien sûr. «Je fais une cuisine familiale» dit-il. Un art qu’il a appris en regardant tout simplement ses parents. La vie l’a éloigné de son île. Son rêve l’a rapproché de ses origines.

Ils étaient, avec sa femme, bien installés dans la vie. Tous deux salariés en CDI, ils vivaient avec leurs deux enfants dans une maison de banlieue. Ils ont tout quitté : leur travail, leur maison et leur ville pour tenter leur chance dans la capitale. Il s’agissait pour lui d’une véritable envie et non d’une nécessité. Il obtient un crédit et ouvre son restaurant dans les beaux quartiers, le XVII arrondissement parisien. Des débuts difficiles. Des moments d’angoisses et de doutes. Et pourtant il a résisté et est allé de l’avant.

Il a eu plein d’idées, de projets en tout genre pour développer son affaire. Publicité dans des magazines, anniversaires, mariages, changement de décoration. Il a pensé à tout. Il s’est battu pour faire en sorte que son rêve dure. Certains clients sont des habitués. Certains même sont devenus au fil des années des amis. D’autres viennent ici avant de partir à l’Ile Maurice pour avoir un avant goût des vacances et s’initier à la cuisine. Ils viennent aussi à leur retour pour retrouver ces mêmes saveurs et poursuivre le dépaysement. Aujourd’hui, il respire ! Car les affaires vont mieux. Il ne relâche pas pour autant la pression.

Mais il avoue que le métier de restaurateur est un métier difficile, qui lui prend tout son temps et toute son énergie. Avec en prime des weekends sacrifiés et des vacances écourtées. Une activité qui exige des compétences diverses et indispensables pour réussir. Il faut être bon gestionnaire et excellent organisateur. Il faut également détenir un savoir faire culinaire et offrir un service de qualité. Plus qu’un métier, c’est une vie. Une vie qui l’aime et dans laquelle il s’épanouit.

Tassadit Mansouri

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021