Vous vous souvenez de Dolly, cette Congolaise sans papiers, mère de trois filles, qui s’est fait expulser de son appartement qu’elle ne payait plus et que Sabine avait rencontrée à l’hôtel Eden. Pierre aussi en a parlé, évoquant ses trajets en bus – sans billets parce que Dolly n’a pas les moyens de les payer avec son épisodique salaire de serveuse – pour amener ses filles à l’école. Elle vivait chez des amis ces dernières semaines, mais la cohabitation devenait difficile, alors on lui a demandé de partir. 

Depuis quelques jours, elle est chez une autre amie, elle-même mère de deux enfants. Dolly dort chez elle avec ses trois filles. C’est à Rosny-sous-Bois, toujours dans le 93. Dans un studio. Deux femmes et cinq enfants dans un studio. On imagine que ça ne peut pas tenir longtemps. L’amie de Dolly lui a dit qu’elle peut rester jusqu’à la fin des vacances scolaires, le 3 janvier. Dolly est allée ce jeudi 22 décembre aux services sociaux de Noisy-le-Sec, où elle habitait et où ses filles sont scolarisées. « L’assistante m’a dit que je suis clandestine et qu’il faut que je me débrouille. J’ai demandé si au moins mes enfants pouvaient être placées dans un foyer, mais elle dit qu’elle doit voir avec ses supérieurs et que j’aurai la réponse le 13 janvier seulement. Qu’est-ce que je vais faire? » Se peut-il qu’en France, à Noël, on laisse ainsi une mère et ses trois filles abandonnées à elles-mêmes? 

J’ai téléphoné à l’assistante sociale de Dolly; elle évoque le secret de fonction et laisse entendre que les choses sont peut-être différentes que ce que Dolly veut bien raconter. « La situation des clandestins peut être très difficile, je ne le nie pas, mais nous sommes en France, et la sauvegarde des enfants, quand c’est nécessaire, est assurée », me déclare-t-elle. Quand? Comment? Que peut-elle faire dans le cas précis? L’assistante sociale ne veut pas en dire plus et me renvoie à sa supérieure hiérarchique. Je n’ai pas encore pu la contacter, mais on ne va pas lâcher. On ne va pas oublier Dolly. 

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021