L’équipe du Bondy Blog tient à s’associer dans la douleur à Mohamed Hamidi ainsi qu’à toute sa famille en France et en Algérie. Le destin de son père Boumediène Hamidi, des deux côtés de la Méditerranée, est de ceux qui sous-tendent l’existence de ce blog et ce n’est pas un hasard si nous l’avons évoqué le 12 novembre 2005 déjà. Arrivé en France en 1953, il a voué ses forces et sa santé à l’industrie automobile pour offrir un avenir meilleur aux siens, à Bondy et à Nedroma, dans la région de Tlemcen. Il l’a fait sans jamais manquer d’amour ni d’humour, permettant à chacun de ses neuf enfants de prolonger son choix d’éclaireur exilé pendant que défilait l’Histoire avec un grand H : la Guerre d’indépendance, les Trente glorieuses, les années noires en Algérie. C’est dans sa terre natale qu’il sera inhumé dimanche.

La rédaction

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles liés

  • Tirs policiers à Stains : « je me suis vu mourir »

    Dans la nuit du 15 au 16 aout dernier, Nordine et sa compagne reçoivent près d'une dizaine de coups de feu à Stains, tirés par des policiers sans brassards, non identifiables. Près d'un mois après les faits, l'homme toujours choqué, se confie pour la première fois aux médias, pour le BB. Témoignage.

    Par Céline Beaury
    Le 16/09/2021
  • Mineurs isolés étrangers : la coercition préférée à la prévention

    Pour répondre à la délinquance associée à certains mineurs non accompagnés (MNA) en France, les débats entre coercition et protection d’une catégorie de population souvent vulnérable et exploitée par les réseaux. Reportage à Paris et Bordeaux.

    Par Floriane Padoan
    Le 14/09/2021
  • Au centre social de Garges, la solidarité préférée au mépris de classe

    Alors que le Ministre de l'Éducation nationale persiste et signe, sur la mauvaise utilisation de l'allocation de rentrée par certains bénéficiaires qui favoriseraient les écrans plats, au centre social du Plein Midi à Garges-lès-Gonesse, on constate encore un peu plus la déconnexion. Bénéficiaires et personnel partagent la réalité de la précarité d'une ville pauvre, où l'on préfère la solidarité au mépris de classe. Reportage.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 09/09/2021