L’équipe du Bondy Blog tient à s’associer dans la douleur à Mohamed Hamidi ainsi qu’à toute sa famille en France et en Algérie. Le destin de son père Boumediène Hamidi, des deux côtés de la Méditerranée, est de ceux qui sous-tendent l’existence de ce blog et ce n’est pas un hasard si nous l’avons évoqué le 12 novembre 2005 déjà. Arrivé en France en 1953, il a voué ses forces et sa santé à l’industrie automobile pour offrir un avenir meilleur aux siens, à Bondy et à Nedroma, dans la région de Tlemcen. Il l’a fait sans jamais manquer d’amour ni d’humour, permettant à chacun de ses neuf enfants de prolonger son choix d’éclaireur exilé pendant que défilait l’Histoire avec un grand H : la Guerre d’indépendance, les Trente glorieuses, les années noires en Algérie. C’est dans sa terre natale qu’il sera inhumé dimanche.

La rédaction

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles liés

  • Au Parc des Princes, mouiller le maillot pour lutter contre les violences intrafamiliales

    Pour la journée des droits de l’enfant, 250 jeunes pris en charge par l'ASE ont foulé la pelouse du Parc des Princes. Au menu de la 2nd édition du Tournoi de l’Enfance : du foot, de la musique et des invités de marque. L'objectif était de sensibiliser à la cause des violences intrafamiliales et de rendre heureux les enfants concernés. Reportage. 

    Par Ayoub Simour
    Le 24/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022