Aucun remède à cette allergie, j’ai été le cobaye de toutes les expériences possibles, traitement à base de collyre et cachets, j’ai tout essayé : Aerius, Zyrtec, Xyzall, Claritine. Traitement de prévention contre le pollen, désensibilisation pendant 6 ans (à savoir, une piqure à chaque bras tous les mois…), mais en vain. En revanche j’ai gagné des bras sacrément secs…

A Bobigny, le pollen est très présent du fait des nombreux arbres qui entourent nos cités, du grand Parc de la Bergère qui longe le Canal de l’Ourcq et des buissons et fleurs qui ne décorent pas très bien nos dalles. J’ai par ailleurs pu constater qu’une personne ne naissait pas forcément avec l’allergie. Elle pouvait se déclarer à l’âge de 2 ans comme à 40 ans. Bon nombre de personnes autour de moi ont vu tous les symptômes du rhume des foins leur apparaître soudainement notamment au mois d’Avril.

Ils ont 16, 25 ou 40 ans et n’avaient jusque là ressenti aucune gêne particulière. Les salles d’attentes des médecins étaient pleines cette année. En attendant mon tour pour une visite, la curiosité me poussa à demander aux patients la raison de leur venue. La réponse fut à 80% « Je pense que c’est à cause du pollen ».

Enfin ! A mon tour de me faire ausculter. Mais avant j’ai quelques questions à poser au Médecin : « Docteur, ne trouvez-vous pas qu’il y a de plus en plus de personnes allergiques au pollen ? – En effet c’est ce dont je parlais avec la patiente précédente. De plus en plus de monde déclare celle allergie à n’importe quel moment de leur vie. – Comment cela ce fait-il ?– Vous savez, l’être humain aime tant pousser la nature. A fabriquer des espèces d’arbres et fleurs qui n’existaient pas auparavant, il en créé des pollens mutants. Et donc quelqu’un qui n’était pas allergique aux pollens déjà existants, peut contracter une allergie à ces pollens fabriqués par l’Homme. – Mais quelqu’un déjà allergique aux anciens pollens le sera aussi aux nouveaux étant donné que ces nouveaux pollens sont faits à base de pollens déjà présents sur terre ? – Tout à fait. »

Faut dire, étant allergique depuis ma naissance, le pollen je m’y connais ! Ca fait mal mais parfois c’est très drôle. Mais le pollen ne fait aucune différence lui ! Quand un jeune se poste sur le coin de la dalle et essaye de mettre de l’ombre sur son visage je me dis que cela est anormal. Alors je passe plus près et le vois éternuer, renifler, les yeux tout rouges, a moitié fermés. Il envoie un jeune non pas pour un Grec ou une canette mais un paquet de mouchoirs ! Ses tout petits yeux et son nez rouge lui font perdre sa crédibilité de caïd. Ses potes lui rient au nez mais il fait comme s’il n’entendait rien. Normal, il a les oreilles et le nez bouchés !

Inès el Laboudy

Inès el Laboudy

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022