Il fait plus de 25 degrés ce dimanche au stade Léo Lagrange de Bondy mais le beau temps n’a pas éloigné les parents du terrain. Agglutinés sur les barrières du stade, ils sont venus observer leurs enfants apprivoiser le ballon. Les matchs de football s’enchaînent au rythme des catégories de joueurs : les U-10, U-11 et U12 le matin puis les U-13, U14, U-15 l’après-midi. Les U12 et U13 sont en championnat régional, une très belle performance pour un petit club de Seine-Saint-Denis.

Le club formateur du prodige de 19 ans Kylian Mbappé a joui de la notoriété du gamin de la ville, qui fait aujourd’hui la couverture du célèbre magazine hebdomadaire américain Time. Attirées par ce succès, les demandes d’adhésions explosent. « On refuse des enfants tous les jours ! » affirme Jamel Zahiri, ancien joueur professionnel passé par Orléans, Angers, Le Havre, aujourd’hui coordinateur technique de l’AS Bondy. Le club s’est taillé une réputation qui le suit lors de tous ses déplacements. « Quand on a match à l’extérieur, tous les parents nous connaissent », raconte David Lobleau, 34 ans, éducateur au club. L’AS Bondy compte 850 adhérents et la direction a été dans l’obligation de refuser près de 200 demandes cette année, faute d’infrastructures. Effet Mbappé très probable !

Une douzaine d’éducateurs recrutés en deux ans

Face à cette nouvelle notoriété, le club, qui n’ouvrait auparavant les inscriptions qu’en septembre, en début de saison, a dû créer une deuxième période d’inscriptions en fin de saison. Pour suivre la demande, l’AS Bondy s’est aussi élargie en termes d’effectifs : en moins de deux ans, près d’une dizaine d’éducateurs ont été recrutés qui se sont ajoutés à l’effectif de 30 déjà présents. L’objectif du club : passer à 1 000 licenciés. Au-delà du nombre, le club cherche avant tout à avoir des joueurs de qualité : « Notre but, c’est de former de futurs joueurs professionnels », affirme Mohamed, éducateur au club.

Malgré de fortes demandes d’adhésions extérieures à la ville, l’AS Bondy entend bien garder son identité bondynoise. Le club reste composé à 95% de Bondynois. Si d’autres clubs, comme ceux de Drancy ou Montfermeil, ouvrent leurs portes aux jeunes d’autres villes, le club de Bondy a un principe : aider et promouvoir sa jeunesse. « L’AS Bondy accueille les jeunes de la ville dès l’âge de 7 ans, sans sélection, et ils peuvent renouveler leur licence tous les ans, » explique Jamel Zahiri. Outre Kylian Mbappé, dont tout le monde connaît l’ascension phénoménale, l’AS Bondy joue le rôle d’incubateur pour futurs professionnels : des joueurs nés à Bondy y ont fait leur début, comme Jonathan Ikoné, actuellement jouer de Ligue 1 à Lille, ou encore William Saliba à l’A.S. Saint-Etienne. 

Du côté des infrastructures, des travaux de rénovation du stade Robert Gazzi, situé à moins de 3 kilomètres des infrastructures actuelles, doivent démarrer en janvier 2019. Il permettra d’accueillir un nombre de licenciés plus importants dans des conditions plus agréables.

Section féminine

Mais les garçons ne sont pas les seuls candidats. Face à la demande, le  club a mis en place une section de football féminin il y a 4 ans. En cette rentrée, les demandes d’adhésion des filles connaissent un franc succès, un effet de la Coupe du monde féminine de football qui débutera le 7 juin 2019. Ce dimanche à l’AS Bondy,  jour de match, les jeunes footballeuses n’échappent pas à la règle : aujourd’hui, elles affrontent le club de Livry-Gargan, sous le regard concentré des parents venus assister à la rencontre : «  On n’est pas sur le terrain mais on est encore plus stressés qu’elle ! » confie Malik, papa venu supporter sa fille Zohra, 11 ans, milieu de terrain chez les filles de l’AS Bondy.

Les licenciés s’impatientent de la venue de leur modèle, Kylian Mbappé ce mercredi 17 octobre, dans leur stade Léo Lagrange. Ils pourront passer un moment privilégié avec l’international français au lendemain de la victoire contre la sélection allemande. Un moment à venir inoubliable et qui donnera sûrement des ailes aux futurs champions et championnes de Bondy !

Mohamed ERRAMI

Crédit photo : A.S. Bondy

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021