Dans son ouvrage Vers un multiculturalisme français: l’empire de la coutume, Jean-Loup Amselle n’y va pas avec le dos de la cuillère. La vision de cet anthropologue sur le multiculturalisme français (qui vient à l’origine du Canada et non des Etats-Unis) a de quoi inquiéter. Pour comprendre comment le multiculturalisme se développe en France il faut remonter à la période coloniale. « Durant cette période la France est entrée en contradiction avec ses principes de droits naturels et les droits de l’Homme. Les différentes expériences montrent (notamment en Egypte et en Algérie) une gestion ethnique basée sur la distinction entre Berbères et les Arabes en Algérie, en Egypte : les Mamelouks, les Arabes, Juifs et Coptes. »

Et aujourd’hui Jean-Loup Amselle considère qu’on retrouve cette gestion coloniale dans les « quartiers ». Une thèse qui provoque une levée de boucliers, ce dont Jean-Loup Amselle a pleinement conscience. « C’est parce que c’est ce que disent les Indigènes de la République ? Mais je suis contre ce mouvement ! Les partis racistes ont stigmatisé des qualificatifs comme « arabe », « noirs ». Les Indigènes de la République eux, reprennent ces termes et en font une espèce de fierté dans le genre « Black Pride ». »

Pour l’auteur, ce genre de structure militante se complaît dans la stigmatisation de ces populations discriminées alors que lui tente justement de déconstruire cette stigmatisation. « Et il est dangereux d’en faire un objet de fierté ». A un an de l’échéance présidentielle, doit-on s’attendre à ce que le sujet de l’identité surgisse au centre du débat ? « Oui, il y a de quoi s’inquiéter. Le discours de Nicolas Sarkozy tourne autour de l’ethnicité, avec un ton narratif que lui conseillent ses spins doctor (conseillers en relations publiques). Il y a eu la séquence statistique ethnique, la séquence discrimination, la séquence identité nationale puis Roms… ». A quoi devons-nous nous attendre à présent ? « Au pire…il n’y a qu’à voir ses propos dans l’affaire Laeticia. Et il a raison car ça marche. Les gens disent souvent que les magistrats font n’importe quoi ».

L’une des autres inquiétudes de Jean-Loup Amselle est l’éthnicisation croissante de la vie politique car elle occulte d’après lui les considérations d’ordre social et économique. Alors, est-ce que la République serait-elle trop faible face au discours politique et médiatique ? « La République est trop liée à la France qui est un pays catholique. On est en congé le dimanche, il n’y a pas si longtemps on mangeait du poisson le vendredi dans les cantines. Regardez d’autre part le scandale du Quick halal ! Ce sont des débats inimaginables. On finance les écoles privées catholique mais pas musulmanes ! » La solution ? « Revenir à une vision républicaine de la Révolution. Rappeler que les étrangers sont des Français comme les autres ! »

Aladine Zaiane

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022