Dans son ouvrage Vers un multiculturalisme français: l’empire de la coutume, Jean-Loup Amselle n’y va pas avec le dos de la cuillère. La vision de cet anthropologue sur le multiculturalisme français (qui vient à l’origine du Canada et non des Etats-Unis) a de quoi inquiéter. Pour comprendre comment le multiculturalisme se développe en France il faut remonter à la période coloniale. « Durant cette période la France est entrée en contradiction avec ses principes de droits naturels et les droits de l’Homme. Les différentes expériences montrent (notamment en Egypte et en Algérie) une gestion ethnique basée sur la distinction entre Berbères et les Arabes en Algérie, en Egypte : les Mamelouks, les Arabes, Juifs et Coptes. »

Et aujourd’hui Jean-Loup Amselle considère qu’on retrouve cette gestion coloniale dans les « quartiers ». Une thèse qui provoque une levée de boucliers, ce dont Jean-Loup Amselle a pleinement conscience. « C’est parce que c’est ce que disent les Indigènes de la République ? Mais je suis contre ce mouvement ! Les partis racistes ont stigmatisé des qualificatifs comme « arabe », « noirs ». Les Indigènes de la République eux, reprennent ces termes et en font une espèce de fierté dans le genre « Black Pride ». »

Pour l’auteur, ce genre de structure militante se complaît dans la stigmatisation de ces populations discriminées alors que lui tente justement de déconstruire cette stigmatisation. « Et il est dangereux d’en faire un objet de fierté ». A un an de l’échéance présidentielle, doit-on s’attendre à ce que le sujet de l’identité surgisse au centre du débat ? « Oui, il y a de quoi s’inquiéter. Le discours de Nicolas Sarkozy tourne autour de l’ethnicité, avec un ton narratif que lui conseillent ses spins doctor (conseillers en relations publiques). Il y a eu la séquence statistique ethnique, la séquence discrimination, la séquence identité nationale puis Roms… ». A quoi devons-nous nous attendre à présent ? « Au pire…il n’y a qu’à voir ses propos dans l’affaire Laeticia. Et il a raison car ça marche. Les gens disent souvent que les magistrats font n’importe quoi ».

L’une des autres inquiétudes de Jean-Loup Amselle est l’éthnicisation croissante de la vie politique car elle occulte d’après lui les considérations d’ordre social et économique. Alors, est-ce que la République serait-elle trop faible face au discours politique et médiatique ? « La République est trop liée à la France qui est un pays catholique. On est en congé le dimanche, il n’y a pas si longtemps on mangeait du poisson le vendredi dans les cantines. Regardez d’autre part le scandale du Quick halal ! Ce sont des débats inimaginables. On finance les écoles privées catholique mais pas musulmanes ! » La solution ? « Revenir à une vision républicaine de la Révolution. Rappeler que les étrangers sont des Français comme les autres ! »

Aladine Zaiane

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021