Il paraît qu’une chanson qui fait naître de l’émotion dans le cœur des gens est une bonne chanson. Cela explique le succès des comédies musicales, véritables fabriques à pleureuses ou de la Merguez Partie des Musclés. Les archives du Club Dorothée sont formelles : le public est en transe dès le deuxième couplet, moment où Framboisier, paix à son âme, balance des merguez à moitié cuites dans la foule d’enfants du mercredi après-midi. Agglutinés sur les estrades, cette génération était prête aux pires bassesses pour s’arracher un bout de barbaque juteuse qui a roulé dans la poussière. Je le sais, j’y étais, merci Dorothée pour m’avoir appris la vie et filé le ténia.
Quand elle énerve, qu’elle fait penser à l’être aimé ou qu’elle donne envie de se bouger le cul comme dans Rocky, une chanson a fait son boulot, elle a réussi son coup. En ce sens « Toute la vie » de Jean Jacques Goldman, interprétée par la troupe des Enfoirés, est un franc succès. Tout le monde en parle sur la toile depuis au moins dix jours. Enfin, c’est surtout la jeunesse qui jacte, certaines de nos tendres têtes blondes se sentent insultées par les paroles et s’insurgent contre une mise en scène jugée humiliante.
Dans le clip, on voit deux groupes de gens droits dans leurs bottes se faisant face, genre battle de la street. On a d’un côté les jeunes, dont les visages sont inconnus, de l’autre les vieux de la vieille, représentés par une brochette d’artistes français. Amel Bent, l’une des moins âgée de la troupe, à cinq ans de moins que moi, c’est pour vous dire le coup de vieux dans les dents que m’a décroché cette polémique. Le clash entre jeunes et « ancêtres » commence en musique. Grossomodo, les ados disent que leurs vies c’est de la merde, c’est le chômage, l’incertitude, la pauvreté, les soirées entre couilles au Flunch…. Les artistes leur répondent avec un peu plus d’optimiste style : « mais non, ça va. Bougez vous le cul ».
« Je rêve où tu es en train de fumer ? »
Et ça continue comme ça toute la chanson. Les jeunes : « Vous avez eu le plein emploi ». Réponse des vieux : « Ce qu’on a, on s’est battu pour l’avoir, on a rien volé ». Tant mieux pour vous. Pourquoi il faut toujours se justifier quand on a 17/20 ? Sahbtik! Profitez c’est tout! Autre pique de la jeunesse : »Vous avez pollué bande d’Enfoirés! ». Réponse de Patrick Bruel et consorts : « Je rêve où tu es en train de fumer? ». Morceau choisi d’une réponse d’internaute : « Mais qu’est ce qui raconte lui?! C’est pas avec des clopes qu’il s’est cassé la voix, ça schnouffe dans les loges après les concerts ! On peut skier sur toute la poudreuse qu’ils se sont enfilée! ».
Bref du haut level… Pendant 3 minutes et 22 secondes le clash continue, avec pour conclusion :« T’inquiète, le jeune, tu as toute la vie ». Allez dire ça à mon ami Aboubakar, 38 ans, au RMI, qui n’a jamais trouvé un boulot stable de sa vie, un peu parce qu’il est fainéant, un peu aussi parce que certains recruteurs jettent les CV des gens dont ils arrivent pas à prononcer les prénoms.
Bref, revenons à nos moutons. Beaucoup d’internautes reprochent à cette chanson d’être paternaliste et réac’. Une critique entendue également dans les rangs des Enfoirés :« Ce n’est pas réactionnaire mais très paternaliste » affirme Jean-Louis Aubert sur Europe 1 avant de se désolidariser de ses copains : « Moi, je ne pourrais pas chanter ça. Je ne l’ai pas chanté d’ailleurs, sur le clip, c’est du playback« . Mouais… Le syndrome Ugolin Soubeyran a encore frappé : « C’est pas moi qui pleure, c’est mes yeux ».
« Il faut dix ans pour être connu du jour au lendemain »
Tout le monde s’en contrefout de mon avis, mais à mon sens je pense qu’en France on ne sait plus se parler. « Faut papoter avant de se cogner, sinon on finit au comico pour une histoire de schnek à la con » dit souvent un de mes amis et philosophe de la cité Paul Eluard. Ce qui a surtout vexé les jeunes, c’est qu’ils ont l’impression que des stars, privilégiées entre toutes, donnent des leçons de vie alors que leur « life » étoilée est à mille lieux du quotidien de la populace qui achète leurs CD (ou les télécharge…). Certes dans le tas, il y en a un ou deux qui ont fait les titres des journaux pour tentative d’esquive d’impôts locaux, mais pour la plupart, les Enfoirés sont bleu-blancs, je trouve. Leur ascension s’est faite au mérite, à deux trois poils de cul près. « Il faut dix ans pour être connu du jour au lendemain » disait le producteur de Coluche, dont j’ai oublié le nom.
Pour citer mon ami philosophe de Bobigny : « La réussite dans la vie dépend de trois facteurs : le talent, le travail, et la chatte ». Rappelons qu’en banlieue, les femelles félines sont des totems associés à la chance. Toujours selon mon copain, deux de ces facteurs suffisent pour réussir. Si on a pas de talent mais qu’on bosse et qu’on est chanceux en prime, ça marche pour vous. Si on de la « chatte » et du talent, on a même pas besoin de se bouger les arpions, tout vous tombe dans le bec. Et si on est un chat noir, qu’on bosse et qu’on rattrape les coups du sort par du talent : la malédiction est rompue. Certes, les membres des Enfoirés ont tous eu de la chance de décrocher une audition ou un casting dans lequel ils ont été à leur avantage, mais s’ils sont là où ils sont c’est soit qu’ils ont bossé, soit qu’ils ont du talent, soit, bien sûr, qu’ils ont couché…Un peu d’humour ne fait de mal à personne.
Prenons l’exemple de Mimie Mathy, que j’ai connue nourrisson en train de faire le troubadour sur les planches du Petit Théâtre de Bouvard ou dans « La classe » sur FR3. C’est sûr qu’ elle a dû pas mal charbonner avant de faire l’ange gardien sur TF1. Certes elle est payée une blinde pour claquer des doigts en prime time, mais l’argent de la pub faut bien qu’il retombe un peu dans les poches des acteurs aussi tout de même, parce que faut pas chercher le compte avec les clopinettes que les intermittents palpent derrière la camera, moi je vous le dis. Puis à l’époque où elle a démarré, la mini-pouce, il n’y avait pas Tirion Lannister de Game of Thrones, les nains c’était pas du tout à la mode ; le seul débouché pour eux c’était Fort Boyard. Seulement, toutes les places ont été prises très tôt. Personne ne savait mieux que l’immense Passe-partout montrer avec ses doigts boudinés le nombre de clés glanées par les candidats.
Pour ce qui est  du clip qui fait polémique, quand la petite Joséphine nous regarde avec ses yeux de mérou, qu’elle nous pointe du doigt en faisant une moue super énervante et qu’elle dit aux jeunes : « Vas-y », elle a dû, jadis, passer par des moments de galères que la jeunesse vit peut-être. Surtout qu’elle, en plus, ça pas dû être facile tous les jours à la récrée, niveau en confiance en soi.
« C’est une figure intouchable ! »
Les jeunes du quartier où j’habite m’ont donné leur avis sur la question . Cela allait du « Ils sont ridicules », au « qu’est ce que tu fous là à faire la queue devant les ASSEDIC, va chanter avec ces enculés, je t’ai vu au Bondy Blog Café sur CNN ». La réaction de Rachida 24 ans est typique des fans de Jean-Jacques Goldman : « C’est une figure intouchable! Il dit et écrit ce qu’il veut sur nous. Je viens d’avoir une gosse, s’il a un fils de son âge, je donne ma fille à son petit juif ».
En parlant de Feujs, il parait qu’ils ont de l’humour. C’est exactement de cette façon que Jean-Jacques Goldman a décidé de répondre à la polémique dans le Petit Journal sur Canal+, avec une interview pleine d’autodérision qui met toute suite les rieurs de son coté. Je trouve que c’est la meilleure façon de clore cette polémique qui n’est pour moi qu’un gros malentendu.
Souvenons-nous du credo des Restos : « Je file un rencart à ceux qui n’ont plus rien, sans idéologie, discours ou baratin ». Merci Coluche. Le bla-bla, c’est bien, le mangé c’est mieux. Alors les amis, c’est le moment de cracher sa boite de thon : « car demain peut-être nos noms grossirons la liste ». C’est pas ce que je me souhaite, loin de là, mais si demain je dois faire la queue pour nourrir mes gosses, les Enfoirés peuvent chanter la Zoubida en canon avec l’accent pied-noir et je leur dirais quand même merci.
Idir Hocini

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021