Je me rappelle d’une dame qui avait dépassé les 80 ans et qui vivait seule depuis la mort de son mari. Elle n’était plus capable de rentrer seule dans notre immeuble. Un soir où j’étais sur mon balcon, je l’ai vue arriver dans son fauteuil et attendre près de dix minutes avant que quelqu’un ne daigne l’aider à monter les quatre marches qui la séparaient de la porte d’entrée et de l’interphone. Mais son calvaire ne s’arrête pas au franchissement de ces marches.

Une fois dans le hall de l’immeuble, il y a l’étape des boîtes aux lettres qui peut paraître simple pour nous, mais imaginez-vous récupérer votre courrier avec un mètre en moins ? Puis il faut encore prendre l’ascenseur, s’il fonctionne, mais pour cela il faut pouvoir monter dans l’ascenseur, ouvrir la porte dans un espace ou même les poucettes ont du mal à entrer, alors les fauteuils roulants, pensez…

Trois mois après la mort de son mari, cette dame a fini par déménager, ne pouvant plus supporter l’indifférence et le peu d’aide qui lui était offerte. Même si en ville certains accès sont facilités par des rampes, ou que les bâtiments publics fraîchement construits sont pourvus de normes pour les handicapés physiques, rien n’est fait dans la vie courante pour aider les personnes à mobilité réduite à se déplacer. Pour allez acheter du pain, ce qui est déjà une corvée pour nous, ou encore pour aller retirer de l’argent, cela relève de la mission impossible lorsque les distributeurs se trouvent généralement à plus d’un mètre du sol. Ou pour allez faire ses courses à l’hypermarché. Ah, mais j’oubliais qu’il y avait une à deux places de parking « handicapés » devant chaque grande surface… Quel progrès !

Il est vrai que ces fameuses places bleu fluo sont bien utiles pour les personnes concernées, mais deux places suffisent-elles ? Elles sont souvent occupées par des clients en « parfaite santé », aussi ceux qui devraient en avoir l’usage exclusif doivent-ils se garer parfois très loin de l’entrée du magasin. Trouvez-vous cela normal ? Non. Mais agissons-nous pour que tous les problèmes que rencontrent ces personnes soient résolus ? Non plus.

Aurélie Laizé

Paru le 19 mai

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022