Je me rappelle d’une dame qui avait dépassé les 80 ans et qui vivait seule depuis la mort de son mari. Elle n’était plus capable de rentrer seule dans notre immeuble. Un soir où j’étais sur mon balcon, je l’ai vue arriver dans son fauteuil et attendre près de dix minutes avant que quelqu’un ne daigne l’aider à monter les quatre marches qui la séparaient de la porte d’entrée et de l’interphone. Mais son calvaire ne s’arrête pas au franchissement de ces marches.

Une fois dans le hall de l’immeuble, il y a l’étape des boîtes aux lettres qui peut paraître simple pour nous, mais imaginez-vous récupérer votre courrier avec un mètre en moins ? Puis il faut encore prendre l’ascenseur, s’il fonctionne, mais pour cela il faut pouvoir monter dans l’ascenseur, ouvrir la porte dans un espace ou même les poucettes ont du mal à entrer, alors les fauteuils roulants, pensez…

Trois mois après la mort de son mari, cette dame a fini par déménager, ne pouvant plus supporter l’indifférence et le peu d’aide qui lui était offerte. Même si en ville certains accès sont facilités par des rampes, ou que les bâtiments publics fraîchement construits sont pourvus de normes pour les handicapés physiques, rien n’est fait dans la vie courante pour aider les personnes à mobilité réduite à se déplacer. Pour allez acheter du pain, ce qui est déjà une corvée pour nous, ou encore pour aller retirer de l’argent, cela relève de la mission impossible lorsque les distributeurs se trouvent généralement à plus d’un mètre du sol. Ou pour allez faire ses courses à l’hypermarché. Ah, mais j’oubliais qu’il y avait une à deux places de parking « handicapés » devant chaque grande surface… Quel progrès !

Il est vrai que ces fameuses places bleu fluo sont bien utiles pour les personnes concernées, mais deux places suffisent-elles ? Elles sont souvent occupées par des clients en « parfaite santé », aussi ceux qui devraient en avoir l’usage exclusif doivent-ils se garer parfois très loin de l’entrée du magasin. Trouvez-vous cela normal ? Non. Mais agissons-nous pour que tous les problèmes que rencontrent ces personnes soient résolus ? Non plus.

Aurélie Laizé

Paru le 19 mai

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021