Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? On regarde la télévision, en attendant que le temps passe ? On pense à autre chose jusqu’à ce qu’on ne pense à rien ? On se lève, on se couche ? On répète encore mille fois que ces furieux n’ont rien à voir avec nous ? Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait alors ? On s’énerve, on se tait ?

Nous sommes Rachid, Melissa, Ramdane, Faiza, Bernard, Alice, Mohamed, Mouna, Philippe, Mouloud, Brigitte, Mehdi et Badrou, Mustapha et d’autres. Nous sommes artistes, galeristes, entrepreneurs, chômeurs, vendeurs, étudiants, journalistes, en galère ou en réussite. Nous sommes nous tous. Français, chrétiens ou bouddhistes, musulmans ou juifs, shintoïstes ou athées. Terrifiés.

Mais prêts à la mobilisation citoyenne contre les esprits sombres. Prêts aussi à apporter de la lumière, de la beauté, de l’amour, dans un pays où tout ça n’était pas forcément évident ces derniers temps. Prêts à résister, à se battre s’il le faut, par les mots, par la pensée, par l’art, par le travail.

Créer la France de demain

Nous avons chacun notre destin, nés ici ou arrivés de loin, en France. Nos parents ont aidé à reconstruire notre pays. Entretenons leurs rêves. Nous savons chacun que ce pays a contribué à nous construire, qu’il a nourri nos imaginaires, nos fantasmes, nos possibilités, nos réussites.

La France, notre pays, a été le moteur, nous avons fait le reste : écrire, créer, penser, vivre. Nous défendons son esprit, nous le portons. Nous contribuons à faire vivre la France d’aujourd’hui, à créer la France de demain avec nos idées, nos envies et nos passions. Nous continuerons.

Ces assassinats sont l’expression du pire. Ces morts sont les nôtres. Mais nous ne devons pas pleurer dans notre coin, nous devons unifier nos larmes pour qu’elles deviennent un flux, une force. Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? Ensemble, soyons solidaires. Restons debout !

Les signataires de ce texte sont Elena Amalou, étudiante, Mouloud Achour, journaliste, Mourad Belkeddar, producteur, Malik Bentalha, humoriste, Mustapha Bouhayati, directeur de centreculturel, Abdel Bounane, éditeur, Youness Bourimech, entrepreneur, Alice Diop, cinéaste, Jamel Debbouze, artiste, Ihab Djaé, étudiant, Hana El Hjeri, vendeuse, Faiza Guène, écrivain, Mohamed Hamidi, cinéaste, Karim Idir, entrepreneur, Rabih Kayrouz, créateur de mode, Lyna Khoudri, étudiante, Tariq Krim, entrepreneur, Ladj Ly, cinéaste, Mourad Mazouz, restaurateur, Laïla Marrakchi, cinéaste, Mehdi Meklat, journaliste, Mouna Mekouar, commissaire d’exposition, Ali Mrabet, entrepreneur, Nordine Nabili, journaliste, Philippe Parreno, artiste, Djamila Said, comptable, Badroudine Said Abdallah, journaliste, Rachid Taha, musicien, Melissa Theuriau, journaliste, Ramdane Touhami, entrepreneur, Bernard Zekri-Ouddir, journaliste

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022