… ou état de « meuf »…

 

Le magazine « Le Monde 2 » que je parcours avec l’intérêt du « prochain », parle d’immersion au long cours au cœur de la cité; un regard neuf; une perception d’ailleurs… Depuis le début de cette aventure, cet ailleurs c’est la Suisse et pour ce coup-ci, le regard neuf ou l’œil candide, ce sera le mien!

 

En partie du moins car, et c’est une première, en cette fin de semaine, L’Hebdo m’a envoyé en renfort sur le terrain afin de m’occuper, à la suite de Sonia, des histoires de filles. Nous sommes donc deux journalistes suisses à arpenter les rues de Bondy avec,chacun, nos propres histoires à découvrir et raconter.

 

Depuis le TGV, quelque part entre Dijon et Paris, planquée dans mon siège (en deuxième classe pour ceux que cela intéresse) je me dis que ces rails ont emporté déjà bon nombre de pensées stressantes de mes collègues journalistes passé par ici avant moi. Vraie angoisse ou légère crainte, c’est selon, pour décrire ce petit tiraillement d’estomac qui apparaît généralement avant tout débarquement en terrain inconnu.

 

 

Mais finalement, après tant de pas de journalistes suisses sur les trottoirs de Bondy, après tant de postes « bloggés » et autant d’articles de journaux du « Monde » à « El Païs » en passant par le « New York Times », Bondy, cité du 9-3 en Seine-St-Denis, est-elle toujours une terre inconnue? Plus tant que ça!

 

Pourtant mon estomac n’est pas l’air de porter grande attention à cet intérêt international soudain, lorsqu’il se manifeste dans un gargouillis tendu, pauvre organe aussi serré dans mon ventre que dû l’être le fameux corset de Marie-Antoinette (ce sera-là mon unique référence à l’histoire de la France couronnée, je vous rassure et moi de même!).

 

Bondy « heureux sous son ombre », comme le veut le slogan imprimé sur la carte de cette petite ville de banlieue que je consulte maintenant depuis quelques kilomètres… Une tentative comme une autre pour tenter de me familiariser avec le coin! Eh bien Bondy, j’espère qu’en plus de l’ombre tu m’offriras quelques rayons de soleil! (Il faudra tout de même que je me renseigne sur ce singulier slogan).

 

Pouh, que ce train tangue… Serait-ce donc le mal de voyage plutôt que le stress qui malmènerait mon pauvre estomac?

 

Vivement que j’arrive!

 

 

Rédigé par Karin Suini

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Karin Suini

Articles liés

  • Derrière la hausse des prix, quelle réalité pour les habitants des quartiers ?

    Derrière les chiffres de l'inflation, des hausses de prix toujours plus inquiétantes, quelles sont les personnes qui en souffrent ? Familles nombreuses, jeunes travailleurs et associations de quartiers sont particulièrement pénalisés par un carburant et une alimentation toujours plus coûteux.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 24/06/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • Chlordécone : le combat des Ultramarins continue

    Motivés par un besoin de réparation et de justice, des collectifs et associations ultramarins se battent pour la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire du chlordécone. C’est le cas de l’association antillaise VIVRE qui en 2019, appuyée par d’autres collectifs, a choisi de mener une action collective. La décision du tribunal administratif sera rendue d'ici la fin du mois de juin.

    Par Clémence Schilder
    Le 14/06/2022