Du 18 au 29 avril, la mairie de Bondy organise à travers toute la ville un tournoi de football pour les 13-15 ans. Le but est de créer des liens entre les jeunes grâce à la passion commune du ballon rond. Les vainqueurs représenteront ensuite Bondy lors du tournoi de la Seine-Saint-Denis, le 10 juillet 2016.

Il est 10h30, ce mercredi 27 avril, lorsque le coup d’envoi est donné. Sur le stade Jules Guesde, les joueurs des deux équipes sont prêts à en découdre dans le fair-play le plus total. Tous embrassent le même objectif : remporter ce match et se qualifier pour les demi-finales de l’Euro des quartiers. Une compétition de football, pour les 13-15 ans, organisée par la mairie de Bondy avec pour but de rassembler les jeunes via la passion commune du ballon rond. Les rencontres se jouent à six contre six et durent 40 minutes.

« Les matchs entre jeunes ont souvent lieu au pied de leur immeuble, entre copains. Nous voulions formaliser la pratique de ce sport, réunir les jeunes et les faire se rencontrer avec des matchs organisés à travers toute la ville » explique Nassim Dulorme, du service des sports de la mairie et, à l’initiative du projet bondynois. En effet, l’Euro des quartiers a pris place dans toutes les zones de la ville puisque les matchs se disputent sur six city stades : Terre-Saint-Blaise, Léo Lagrange, Jules Guesde, Blanqui, Salengro, la Sablière et l’esplanade de la mairie.

Plaisir du jeu et hiérarchie

Avant le début de la compétition et des matchs, lors de la cérémonie de présentation du tournoi, le capitaine de chaque équipe a tiré au sort la nation dont lui et ses coéquipiers devront défendre les couleurs. Des nations qui seront présentes lors du championnat d’Europe qui se tient en France du 10 juin au 10 juillet prochain.

Une cérémonie de présentation du tournoi et un tirage au sort ont eu lieu à la salle des fêtes de la mairie, le 13 avril. - © Simon Breem

Une cérémonie de présentation du tournoi et un tirage au sort ont eu lieu à la salle des fêtes de la mairie, le 13 avril. – © Simon Breem

Ainsi, ce mercredi matin au stade Jules Guesde, la Croatie (représentée par la MJSP – la Maison de la Jeunesse et des Services Publics) affronte l’Albanie du centre Georges Brassens. Les joueurs de chaque équipe portent un t-shirt offert par la mairie, avec le logo du tournoi. Sur le terrain, dribbles, passes et frappes s’enchaînent sous le regard attentif d’une trentaine de spectateurs. Quelques badauds s’arrêtent, de temps en temps, pour observer le match à travers les grillages. Score final : 6-3 pour la Croatie qui remporte ce quart de finale.

« Cette initiative est très importante pour nous. C’est un tournoi donc il y a une sorte de hiérarchie entre les équipes. On est fier de représenter notre quartier. Et puis c’est du football, on aime ça. Il y a un bon état d’esprit même lorsqu’il y a défaite » analyse William, 15 ans, capitaine de la Croatie (MJSP).

« Les frontières sont cassées »

Chaque groupe de jeunes est également encadré par un adulte référent. Celui-ci veille au bon déroulé des matchs et distille des conseils tactiques tel un vrai coach. Du côté des deux référents rencontrés ce jour-là, l’Euro des quartiers a rempli ses objectifs. « Les jeunes se retrouvent, les frontières sont cassées. L’évènement a permis à des adolescents du sud et du nord de se côtoyer » se réjouit Adam Traoré, référent de l’équipe de Brassens.

« Il y a eu un réel engouement. Les petits ont vraiment apprécié le parallèle avec la vraie compétition. Comme aujourd’hui, par exemple, certains sont venus observer leurs futurs adversaires. Le football reste un sport populaire. Grâce à ce tournoi, les jeunes ont dû s’adapter aux différents terrains et aux différentes équipes. Cela à créé une vraie cohésion au sein de notre groupe » abonde Mohamed Wague, référent de l’équipe de la MJSP. « Sur le tournoi, j’ai insisté pour que les arbitres et les règles soient respectées. C’est comme dans la vie, il y a des règles, un cadre » complète-t-il.

Respect des règles

Une séance de sensibilisation à l’arbitrage avait d’ailleurs été mise en place par le service des sports de la mairie. Car durant le tournoi, c’est un joueur de chaque équipe qui arbitre un match dans lequel il ne prend pas part. La formation a duré une quarantaine de minutes. Les jeunes ont été confrontés à des situations de jeu, grâce à des séquences vidéos, et ont pu écouter les conseils de Daniel, vice-président de la commission de l’arbitrage en Seine-Saint-Denis.

Les jeunes sont sensibilisés à l'arbitrage grâce à des extraits vidéos et écoutent les conseils d'un formateur d'arbitres professionnels. - © Emilie Eickhoff

Les jeunes sont sensibilisés à l’arbitrage grâce à des extraits vidéos et écoutent les conseils d’un formateur d’arbitres professionnels. – © Emilie Eickhoff

Les adolescents ont pu se rendre compte de la difficulté de prendre une décision rapidement lors de situations de jeu litigieuses et des différences d’interprétation de chacun sur celles-ci. « Dans certains cas, il est difficile de siffler dans un sens ou dans l’autre. Cette sensibilisation est une bonne chose mais je pense qu’il y aura toujours des contestations » plaisante Ayoub, 12 ans, qui joue au football dans un club et qui arbitre les U11.

Les vainqueurs du tournoi repartiront avec des places pour assister à l’Euro 2016. Ils auront aussi la tâche de représenter la ville de Bondy, lors du tournoi de Seine-Saint-Denis qui aura lieu le 10 juillet prochain. Entre temps, les demi-finales (10h) et la finale (16h) de la compétition bondynoise ont lieu ce vendredi 29 avril sur l’esplanade de la mairie.

Texte : Kozi Pastakia / Photos : Emilie Eickhoff et Simon Breem

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022