Un escalier de fer, un couloir étroit et obscur. Au fond de ce couloir une porte entrouverte d’où nous parviennent les accords d’une musique qui en ce lieu paraît irréelle. C’est le côté obscur de la force… Non ce n’est pas un clip d’IAM, même si ça bouge, rappe et slame dans tous les sens.

Place Publique Junior se poursuit dans la nonchalance et sous le soleil marseillais. Samedi, Karima, collégienne de 14 ans à Clichy-la-Garenne, prend les commandes du Bondy Blog. Nous réfléchissons à un sujet, quand soudain une organisatrice, Karine, vient saluer ma protégée. « T’étais là l’année dernière ? T’étais à l’atelier Slam, non ? – Oui », répond timidement Karima. Karine explique qu’elle a été bouleversée par son texte et que même, « après avoir vu plus de 400 jeunes défiler, je me rappelle ton visage et ton texte ». Aurions-nous recruté une future blogueuse ?

Nous poursuivons tranquillement notre quête de sujets. Karima est attirée par la tente berbère. Nous ne sommes pas dans un salon de thé, mais à l’atelier « La galère de l’orientation ». La demoiselle renonce vite. Nous revoici à l’affût du moindre souffle de vie sur lequel enquêter. Ce sera une interview, celle d’Alice, une volontaire impliquée dans l’organisation du festival. Stylo et papier sont de sorties, la collégienne se lance.

Karima : Vous vivez où ?
Alice : A Marseille, depuis 7 mois.
K : Pourquoi être venue à Marseille ? 
A : Je fais le service civil volontaire. On s’occupe de la logistique. En gros, on a appelé tous les hôtels, les compagnies de bus et les traiteurs de Marseille. 
K : Pourquoi vous avez choisi de faire le SCV ?
A : Pour une expérience de la vie, la découverte et rencontrer les autres. 
K : Et vous allez faire quoi après ?
A : Je sais pas trop encore. J’ai le choix entre les études, le boulot dans l’associatif et la galère.
K : Et le PPJ, ça continue l’année prochaine ?
Karine : L’année prochaine, PPJ ne sera plus national. L’événement se passera en région.

Nous prenons congé d’Alice et commençons la mise en ligne, à côté de l’atelier photos où les jeunes commentent leurs prises de vue. Mais nous voilà interrompues par un journaliste de France 3 pour une interview. Décidément, mademoiselle Karima est une vraie star !

Bouchra Zeroual (au Festival Place Publique Junior)

Photo: Karima interviewant Alice.

Bouchra Zeroual

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022