Vendredi soir, l’ambassade des Etats-Unis en France, organisait une réception en l’honneur de la promotion 2014 des Jeunes Ambassadeurs (en partenariat avec le Commissariat Général à l’Egalité des Territoires). Les participants se sont vu remettre un certificat de participation.

41 rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris, il fait nuit, il fait froid, un groupe de jeunes accompagnés d’adultes accompagnateurs font la queue. Invitation et pièce d’identité à la main, ils les montrent chacun leur tour à l’entrée avant de pourvoir entrer.

Aujourd’hui, l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique organise une réception avec remise de certificats aux jeunes ambassadeurs de la promotion 2014. Cette remise de prix fait écho à un programme mis en place depuis 2008. En partenariat avec le Commissariat Général à l’Egalité des Territoires (le CGTE anciennement appelé l’Acsé), il est proposé chaque année à de jeunes lycéens de passer deux semaines aux Etats-Unis et de se former à l’engagement citoyen. Les participants sont invités à rencontrer des acteurs associatifs américains avec lesquels ils échangent et partagent leur expérience professionnelle.

« C’est un programme mis en place pour favoriser l’engagement associatif des jeunes » explique Frédéric Callens (responsable de la lutte contre les discriminations au CGTE). Les candidats doivent remplir certaines conditions (ne jamais être allé aux Etats-Unis par exemple) et passer par une étape de sélection. Un des objectifs du projet est entre autres de « créer du leadership au sein des quartiers populaires ». A leur retour en France, les jeunes ambassadeurs sont accompagnés pour monter leurs projets.

« C’est une expérience très enrichissante »

La salle est remplie, chacun s’est mis sur son 31. Robe de soirée, brushing et maquillage subtile pour les filles, costumes pour les garçons. Le silence est demandé, les discours peuvent commencer. Jane Hartley, ambassadrice des Etats-Unis en France (depuis octobre dernier) ouvre la cérémonie, suivie de  Frédéric Callens. Deux jeunes ambassadeurs français, dont Mame Mbacke, étudiant en licence d’économie, prennent le relai et s’expriment dans un anglais qui frôle la perfection. Applaudis et acclamés par l’assemblée, ils laissent place à la remise des certificats par Jane Hartley. Photos de groupe pour finir et chacun s’en va déguster le buffet et discuter.

Mame n’a que 22 ans, il a participé ce programme en 2009 « c’est une expérience très enrichissante, ça m’a permis de mettre un pied dans le monde associatif ». Une fois revenu dans l’hexagone, le jeune étudiant et d’autres camarades ayant participé à ce programme ont poursuivi leur expérience « en 2012 on a décidé de créer notre association : les jeunes ambassadeurs Alumni ». Avec leur association, ils travaillent autour de trois axes principaux « promouvoir l’engagement associatif, assurer la continuité du programme et constituer un réseaux ». Conscient de la nécessité de se constituer un réseau, ils en profitent également pour partager des offres d’emplois à leur adhérents.

Cette année, un nouveau projet a été mis en place. C’est au tour de cinq lycéens de la région de Washington D.C de voyager durant deux semaines en France. Le programme des jeunes ambassadeurs a encore de beaux jours devant lui.

Credits : U.S. Embassy, Paris 

Imane Youssfi

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021