Dans le métro parisien, on ne sait jamais sur quoi ou sur qui on peut tomber. Ainsi, pour notre sécurité, peut-on croiser soit la police, soit la sécurité de la RATP : les hommes du GPSR. Pourquoi parler de cela ? Tout simplement parce que dans la même journée, j’ai assisté à trois scènes qui m’ont laissé perplexe.

Tout d’abord, cet homme qui est descendu au niveau des rails et qui se met à courir vers la prochaine station. Le trafic est interrompu, et l’homme refait son apparition menotté et accompagné de la police. Pourquoi ? Comment ? Je ne vous en dirai pas plus parce que je n’en sais pas plus.

La deuxième scénette intervient alors que je me trouve dans une rame qui s’arrête à une station. Sur le quai, pas grand monde : juste trois policiers et un homme qui attirent l’attention de tous. Le type est très énervé, invective les représentants de l’ordre et redouble de cris au fur et à mesure qu’il gagne en audience. L’homme finit par monter dans le métro en lançant sur le ton de l’insolence : « Vous êtes vraiment des bouffons ! » Les policiers, eux, ne bronchent pas d’un cil et gagnent une autre rame. Qu’est-ce qui a provoqué les insultes aux policiers ? Surtout, pourquoi ces derniers n’ont-ils pas réagi ? Ça non plus, je ne me l’explique pas.

Enfin, plus tard dans la journée, un clochard assis dans le métro avec sa bouteille : personne n’ose s’asseoir à côté de lui. L’homme, apparemment bien ivre, se met à chanter avec sa grosse voix. Il trouve alors son public au fond du wagon où un groupe de jeunes encourage le ténor. Mis à part la charmante demoiselle qui regarde le clochard d’un mauvais œil, cela n’a pas l’air de nuire aux autres voyageurs. Le métro file donc le long des stations avec en bruit de fond la voix avinée de notre artiste. Quand tout à coup, trois membres de la sécurité du GPSR font leur apparition dans la rame, façon intervention spéciale : ils attrapent le clochard et le sortent violemment. Les jeunes s’écrient alors : «  Il n’a rien fait ! Il ne fait que chanter ! Laissez-le ! » Sur ce, les gros bras se calment et abordent finalement un dialogue apaisé avec l’interpellé. La suite, je n’en sais rien ; la rame s’ébranle et poursuit son chemin.

Voilà comment à partir de trois situation différentes, des personnes peuvent être appréhendées par les forces de l’ordre dans le métro. Un homme arrêté au seul motif qu’il décide subitement de quitter le métro au profit de la marche à pied dans les tunnels, normal ? Un autre qui insulte des policiers mais prend le métro comme tout le monde, normal ? Et ce clochard, secoué par le GPSR parce qu’il a le vin mélodieux, normal ? Non, vraiment, c’est à n’y rien comprendre.

Chou Sin

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022