« Vous savez, des journalistes de toute la France sont venus à la Mosquée de Bondy. Des Américains, des Allemands. Et bien j’ignore pourquoi, vous êtes le premier à qui j’autorise de prendre une photo à l’intérieur de la Mosquée. » Mohammed Meniri, maître des lieux, m’ouvre les portes de son bijou, la première mosquée du 93, la seule totalement autofinancée, un lieu saint que les Bondynois ont attendu pendant 20 ans.

Depuis que 300 fidèles se réunissent à chacune des cinq prières, jusqu’à 1’500 le vendredi, le Maire aime parler de « sa Mosquée ». Il en a pourtant fallu de la patience et de la persévérance:  prier pendant vingt ans dans des caves, des salles aménagées, surpasser la méfiance née du 11 septembre, réunir la somme nécessaire en refusant toute donation revendiquant un droit d’ingérence. Le 4 novembre 2004, Bondy s’offre sa Mosquée, en contrebas de l’autoroute B3.

« Les jeunes jouissent d’un regain spirituel, pas seulement musulman. Le matérialisme touche peu à peu ses limites et revient à des valeurs sûres, la Religion, quelle que soit son nom ». Monsieur Meniri est du genre ouvert: il accueille dans son lieu des écoles chrétiennes. Pour expliquer le nombre de jeunes convertis à l’Islam, il répète que c’est la seule foi qui reconnaît toutes les autres, la seule croyance qui progresse dans la continuité.

Lors des émeutes de banlieue, Monsieur Meniri et le maire se téléphonaient tous les jours. On les a vu ensemble se rendre sur le terrain. « Je suis en accord avec la politique du maire. Il est à notre écoute. Lors de la rupture du ramadan, l’Aïd-el-fitr, il est venu nous rendre visite. »

Islamophobes de tous pays, foncez à la Mosquée de Bondy rencontrer Mohammed Meniri!

 

 

 

Par Blaise Hofmann 

Blaise Hofmann

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021