Vendredi 21 décembre 2012. Voilà nous y sommes. C’est aujourd’hui. Le début de la fin. Il est 8h, l’heure d’aller à l’école. Mais aujourd’hui ce n’est pas un vendredi comme un autre, c’est LE vendredi, le dernier vendredi donc personne n’y va.

Par contre tout le monde se lève. Pas question de faire une grasse matinée, ce soir on meurt tous donc on dormira plus tard.

Rendez-vous avec tous les élèves du lycée au centre commercial, chacun a vidé son compte en banque et s’est ramené avec son pactole. On dépense tout aujourd’hui, on ne laisse rien au banquier. Chacun dévalise les boutiques à sa guise tout en faisant attention de garder une petite somme pour manger ce midi, et peut-être ce soir.

Il est 11h, direction le lycée. Non, personne ne va en cours. On va juste rendre visite à nos profs pour leur dire au revoir. Les vérités éclatent: cela fait 4 ans que vous ne supportez pas votre prof de sport? C’est le moment de lui dire en pleine figure.

Voilà les adieux avec le lycée sont faits.

Enfin pas tout à fait d’après Kévin. Il a une idée farfelue: « Venez on brûle tous nos cahiers, livres et tout ce qui concerne notre vie pourrie d’étudiant ». Rectification: aucune idée n’est farfelue aujourd’hui. Vendredi, tout est permis.

Chacun passe par sa maison pour chercher ses affaires, direction la place de l’Eglise. Tout le monde est là avec son briquet et son sac de livres. Le feu est grandiose.

Nadine va chez le boucher d’en face pour acheter 10 kilos de Merguez pour une merguez party. Mmhhh un barbecue par -5 degré.

Il y a quelqu’un qui a appelé la police. Ils arrivent. Personne ne se sauve, comme si on n’entendait pas le bruit assourdissant des gyrophares. Les policiers arrivent, au début ils se fâchent, menacent, crient et puis quand ils voient qu’il y a des merguez au menu, tout devient plus cool « on partage? Oh allez même si on vous arrête, ce soir on crève tous donc… » Il y en a même un qui va acheter du pain, pour faire des sandwichs.

Il est 12h12, depuis ce matin certains pensent que la fin du monde c’est pour maintenant. Mais non. Aucun signe bizarre. « Je vous avais dit c’est ce soir minuit ».

Les pompiers sont appelés pour éteindre le feu. Câlins collectifs, les plus forts de caractère font les insensibles, les autres pleurent.

Le reste de la journée on le passe en famille.

Il pleut, est-ce un signe? La pluie devient de plus en plus violente, la fin arrive.

23h: les SMS fusent, comme pour le 31 décembre sauf que là  ce n’est pas très joyeux et on ne souhaite pas une année pleine de santé, de paix de joie et de bonheur. Non on dit tout ce qui nous passe par la tête, pas le temps de jouer les langues de bois, on déclare sa flamme à sa meilleure amie, on dit la vérité et rien que la vérité.

23h59: tout le monde est dans les rues, on attend. La pluie s’est bizarrement arrêtée.

00h01: rien ne se passe

00h20: rien ne s’est passé.

01h00: chacun rentre chez soi. « Eh c’est quoi cette arnaque? »

03h00: certains attendent encore que le ciel leur tombe sur la tête pendant que d’autres dorment à poings fermés.

Samedi 22 décembre 2012. 10h00. Rien ne s’est passé. On ose encore penser qu’il y a des problèmes de décalage horaire.

La vie reprend son cours. La police patrouille, elle vous rend visite pour le barbecue géant et vous fait cadeau d’une petite amende.

Votre prof de sport vous met 4 de moyenne suite à votre discussion, votre meilleure amie ne vous parle plus maintenant que vous lui avez déclaré vos sentiments, votre banquier vous harcèle, vous n’avez plus vos livres et vos cahiers pour réviser votre bac, et si c’était ça la fin du monde?

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021