Le Prix Nobel de la Paix n’arrête pas de m’impressionner. Après l’avoir décerné à Barack Obama en 2009 alors qu’il venait d’ordonner l’exécution de bin Laden et d’envoyer quelques drones descendre des talibans, après l’avoir décerné par erreur à Muhammad Yunus (qui aurait pu mériter un Prix Nobel d’économie) en 2006 pour avoir monté une banque pour les pauvres), après l’avoir décerné à l’Agence pour le Climat de l’ONU en 2007 (quel rapport avec la paix ?), le Comité Nobel vient d’attribuer le Prix Nobel de la Paix 2012 à… l’Union Européenne !

Attribué pour 60 ans de paix en Europe. Bon. Irlandais du Nord, Bosniaques, Géorgiens, Corses, Basques, Kosovars, Tchétchènes, sachez-le, vous n’êtes pas en Europe ! La bonne nouvelle serait-elle qu’il n’y aurait plus assez de guerres en Europe pour que le Comité en soit réduit à attribuer son Prix à des acteurs à la marge ?

Moi, je l’aurais refilé au Qatar. Les gars sont en train de pacifier les tribunes du Parc des Princes, d’apaiser nos banlieues, de monter une équipe de handball qui rivalise avec les truands de Montpellier, de meubler nos soirées TV avec une mainmise sur les retransmissions sportives, de distribuer quelques largesses au Mali, etc… ça mérite !

Il faut admettre que la liste des nominés pour ce Prix 2012 était gratinée.  Bill Clinton (pour sa contribution à l’éducation sexuelle des Américains ?), Loulia Timochenko (pour avoir bradé le gaz ukrainien au Russes ?), un député (ex-député depuis le mois de mai) avait même proposé Sarkozy (pour actes de bravoure en Libye).

Bon, on ne va pas les critiquer ces Norvégiens… d’ailleurs l’Union Européenne, la Norvège n’en fait pas partie, on ne peut donc pas les accuser de se l’auto-attribuer leur Prix. Pourquoi ils ne sont pas dans l’Union Européenne les Norvégiens alors que leurs voisins suédois, danois ou finlandais en font partie ? Trop frileux ? Non. Trop riches ! La Norvège croule sous le pétrole. Petit pays grand producteur d’hydrocarbures (comme le Qatar), la Norvège ne veut pas partager. Notre pétrole il est pour nous. Enfin, pour vous le vendre cher ! On ne va quand même pas payer pour les Grecs ou les Portugais.

Il ne faut quand même pas trop les critiquer. D’abord ils ont le mérite de l’attribuer ce Prix Nobel de la Paix, c’est pas la Birmanie ou le Zimbabwe qui le feraient. Et puis, il leur est arrivé de frapper juste. Les trois femmes (libériennes et yéménite) qui l’ont obtenu en 2011 pour leur contribution à la paix, Arafat, Peres et Rabin en 1994, Martin Luther King en 1964, etc.

Il faudrait peut-être juste surveiller la météo ou le cours du pétrole pour essayer de prévoir les réactions de nos amis norvégiens. Trop froid, trop d’Aquavit ou de Carlsberg, aïe, aïe, aïe, on risque le pire. Températures clémentes, têtes claires, et là ça déroule. Laissons tomber le handball, c’est dans l’attribution du Nobel de la Paix qu’il y a des paris intéressants à monter !

Philippe Rey

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022