2009, c’est mon année, et je voulais la commencer en beauté. J’ai donc pris une grande décision : devenir une vraie femme. J’y avais déjà mûrement réfléchi. Lui, il n’attendait que ça. J’avais toujours décliné l’offre. Trop peur de franchir ce grand cap. Mais il insistait. C’était de plus en plus dur de résister, et mes amies ne faisaient rien pour me décourager. J’ai compris que le jour était venu de vivre. J’ai fini par lui céder. Je me souviens, c’était un jeudi, il m’avait demandé de le retrouver dans son salon. Je m’y suis rendue avec un peu d’appréhension, mais j’étais exaltée en pensant à cette nouvelle femme que j’allais être.

J’entrai dans son salon, il était là, debout, il m’attendait. Il m’a tout de suite mise à l’aise. Il sentait que j’étais tendue, alors il m’a proposé un massage pour me détendre. Tout en douceur, il a passé ses doigts sur mes tempes, ça m’a fait un bien fou. Il m’a rassurée, me disant que j’avais fait le bon choix et que tout allait bien se dérouler. Mon cœur battait à 100 à l’heure ! Et si je m’étais trompée ? Impossible de faire machine arrière.

Il était si gentil, à l’écoute. Je dois avouer que j’étais un peu crispée au début, effrayée, même. J’ai fermé les yeux, comme si je ne voulais voir la vérité en face, le voir en train de me voler mon innocente jeunesse. Il n’a pas cessé de m’apaiser, j’ai tout de suite senti qu’il avait beaucoup d’expérience. Ça m’a fait un peu de peine de voir disparaître en moi, inexorablement, ce coté ingénue. Mais je me suis laissée entraîner dans ce merveilleux voyage vers la nouveauté.

C’était comme dans mes rêves, exactement comme je l’avais imaginé, j’ai adoré. La métamorphose fut totalement réussie. C’était la première fois que j’osais le changement et je ne regrette pas. Couper mes longs cheveux pour la première fois n’étais pas une mince affaire, moi qui depuis toute petite arbore une longue chevelure. A 23 ans, j‘ai enfin osé le carré. En 2009, il me fallait une nouvelle tête, c’est chose faite. Quoi, vous imaginiez autre chose ?

Widad Kefti

Widad Kefti

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021