Mon périple a commencé lorsque j’ai pris la décision de choisir un fournisseur d’accès à Internet. « Vous bénéficierez de l’accès illimité à Internet, des appels gratuits en France sur les fixes et des 700 chaînes que propose Free » dixit l’opératrice. Première mauvaise surprise : je me retrouve avec deux factures. Celle de France Télécom et la nouvelle, Free. La solution ? Le dégroupage total de ma ligne France Télécom pour n’avoir que Free. L’ennui ? La durée pour effectuer ce dégroupage : trois mois. Autre tracas , j’ai payé ces mensualités alors que je ne profitais pas pleinement de mon abonnement. Il a fallu faire une demande de remboursement.

Par ailleurs, il y a des chaînes qui étaient offertes les premiers mois, détail que j’ignorais complètement. Aujourd’hui, elle sont devenues payantes. Mon compte est débité pour des services que je n’ai pas demandés.  « Il faut vite désactiver l’abonnement aux chaînes concernées… Mais au fait, comment on fait ? », me suis-je demandée. Après quelques recherches sur le site du fournisseur, zéro indication. Du coup, j’envoie un mail au service clients. Quelques jours plus tard, on me répond que le désabonnement se fait directement sur la TV. Impossible de désabonner via la TV. Deuxième mail. Quelques jours plus tard, on me dit qu’il faut attendre le 1er du mois pour désactiver la chaîne. Bien entendu, le mois est passé entre les deux mails. Obligée d’attendre la fin du mois en cours, l’optique de payer 29,90 euros par mois s’éloigne. Je me suis faite avoir par une vulgaire publicité mensongère…

Deux mois plus tard, tout est réglé, tout est génial tout est «free» quoi. Petit hic, utiliser internet c’est super et tout mais bon c’est un peu embêtant de rester branché au câble du boitier. La solution ? Commander la carte WIFI qui permet d’utiliser son ordinateur dans n’importe quelle pièce ce qui évite en gros de rester dans le salon. L’ennui ? Bah c’est que c’est pas «free» ! Qui dit commande, dit livraison donc dit délai d’attente.Quelques mois plus tard, la nouvelle Free sort. Deux boitiers, les antennes, wifi intégré, super technologique. La solution et l’ennui me direz-vous? Bah c’est que je la «commande» et qu’il faut payer un certain montant pour passer de l’ancienne Free à la nouvelle. 2011 ou l’évolution technologique constante : la «v6 Révolution» sort. Non ce n’est pas la nouvelle Audi, mais la dernière Freebox. Je la «commande» en début d’année et je l’ai tout juste reçue il y a quelques jours.

J’ai aussi eu la chance de me coltiner la hotline. L’opérateur trouve le moyen de vous faire attendre. L’opérateur est un sous-traitant au Maroc. Vous ne tombez jamais sur le même opérateur donc il faut tout ré-expliquer à chaque fois. La communication est facturée. Conclusion : c’est Xavier Niel qui a tout compris…

Un peu comme les abonnements téléphoniques, il est assez difficile de ne pas dépasser le montant mensuel fixé de l’abonnement Internet. Pour certains, même si le prix semble « raisonnable », il n’est pas à la portée de tous. Le tarif social Internet se fait désormais attendre, il permettra d’adapter le montant de l’abonnement selon la situation sociale du consommateur ( pour les allocataires du RSA notamment). Alors, c’en est fini du tarif unique à 29,99 euros par mois ? Pas pour l’instant, car si les opérateurs français annoncent l’arrivée de ces tarifs sociaux, rien ne laisse présager que c’est pour demain. Il faudra s’armer d’un peu de patience, qui,  je l’espère ne sera pas facturée.

Emira BK

Articles liés

  • Derrière la hausse des prix, quelle réalité pour les habitants des quartiers ?

    Derrière les chiffres de l'inflation, des hausses de prix toujours plus inquiétantes, quelles sont les personnes qui en souffrent ? Familles nombreuses, jeunes travailleurs et associations de quartiers sont particulièrement pénalisés par un carburant et une alimentation toujours plus coûteux.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 24/06/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • Chlordécone : le combat des Ultramarins continue

    Motivés par un besoin de réparation et de justice, des collectifs et associations ultramarins se battent pour la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire du chlordécone. C’est le cas de l’association antillaise VIVRE qui en 2019, appuyée par d’autres collectifs, a choisi de mener une action collective. La décision du tribunal administratif sera rendue d'ici la fin du mois de juin.

    Par Clémence Schilder
    Le 14/06/2022