Mon périple a commencé lorsque j’ai pris la décision de choisir un fournisseur d’accès à Internet. « Vous bénéficierez de l’accès illimité à Internet, des appels gratuits en France sur les fixes et des 700 chaînes que propose Free » dixit l’opératrice. Première mauvaise surprise : je me retrouve avec deux factures. Celle de France Télécom et la nouvelle, Free. La solution ? Le dégroupage total de ma ligne France Télécom pour n’avoir que Free. L’ennui ? La durée pour effectuer ce dégroupage : trois mois. Autre tracas , j’ai payé ces mensualités alors que je ne profitais pas pleinement de mon abonnement. Il a fallu faire une demande de remboursement.

Par ailleurs, il y a des chaînes qui étaient offertes les premiers mois, détail que j’ignorais complètement. Aujourd’hui, elle sont devenues payantes. Mon compte est débité pour des services que je n’ai pas demandés.  « Il faut vite désactiver l’abonnement aux chaînes concernées… Mais au fait, comment on fait ? », me suis-je demandée. Après quelques recherches sur le site du fournisseur, zéro indication. Du coup, j’envoie un mail au service clients. Quelques jours plus tard, on me répond que le désabonnement se fait directement sur la TV. Impossible de désabonner via la TV. Deuxième mail. Quelques jours plus tard, on me dit qu’il faut attendre le 1er du mois pour désactiver la chaîne. Bien entendu, le mois est passé entre les deux mails. Obligée d’attendre la fin du mois en cours, l’optique de payer 29,90 euros par mois s’éloigne. Je me suis faite avoir par une vulgaire publicité mensongère…

Deux mois plus tard, tout est réglé, tout est génial tout est «free» quoi. Petit hic, utiliser internet c’est super et tout mais bon c’est un peu embêtant de rester branché au câble du boitier. La solution ? Commander la carte WIFI qui permet d’utiliser son ordinateur dans n’importe quelle pièce ce qui évite en gros de rester dans le salon. L’ennui ? Bah c’est que c’est pas «free» ! Qui dit commande, dit livraison donc dit délai d’attente.Quelques mois plus tard, la nouvelle Free sort. Deux boitiers, les antennes, wifi intégré, super technologique. La solution et l’ennui me direz-vous? Bah c’est que je la «commande» et qu’il faut payer un certain montant pour passer de l’ancienne Free à la nouvelle. 2011 ou l’évolution technologique constante : la «v6 Révolution» sort. Non ce n’est pas la nouvelle Audi, mais la dernière Freebox. Je la «commande» en début d’année et je l’ai tout juste reçue il y a quelques jours.

J’ai aussi eu la chance de me coltiner la hotline. L’opérateur trouve le moyen de vous faire attendre. L’opérateur est un sous-traitant au Maroc. Vous ne tombez jamais sur le même opérateur donc il faut tout ré-expliquer à chaque fois. La communication est facturée. Conclusion : c’est Xavier Niel qui a tout compris…

Un peu comme les abonnements téléphoniques, il est assez difficile de ne pas dépasser le montant mensuel fixé de l’abonnement Internet. Pour certains, même si le prix semble « raisonnable », il n’est pas à la portée de tous. Le tarif social Internet se fait désormais attendre, il permettra d’adapter le montant de l’abonnement selon la situation sociale du consommateur ( pour les allocataires du RSA notamment). Alors, c’en est fini du tarif unique à 29,99 euros par mois ? Pas pour l’instant, car si les opérateurs français annoncent l’arrivée de ces tarifs sociaux, rien ne laisse présager que c’est pour demain. Il faudra s’armer d’un peu de patience, qui,  je l’espère ne sera pas facturée.

Emira BK

Articles liés

  • Qui sont les femmes derrière les “salons de beauté indiens” ?

    Les salons de "beauté indiens" fleurissent dans les quartiers depuis de nombreuses années. Mais derrière les portes de ces instituts, se cachent des modèles de féminisme et d'entrepreneuriat issu de la diaspora pakistanaise, indienne ou népalaise. Amina Lahmar a franchi le pas de plusieurs établissements pour écouter une autre histoire de l'immigration en France. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 26/01/2022
  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022