«Ce pays n’est pas un pays laïc». Elle n’a pas l’habitude de s’agacer. «Où est notre liberté ?» Elle n’a pas l’habitude de dire les choses. Mais aujourd’hui, elle les dit. Parce qu’elle en a assez du silence. Au départ, on parle d’un film, d’un livre, d’Internet qu’elle paye 2250 dinars par mois (22 euros). Des choses de la vie. Et la conversation s’emballe.

«Je ne fais pas le ramadan, ni moi ni mon mari». Elle l’avoue comme elle ne  l’a jamais avoué. «D’ailleurs, ils sont beaucoup, dit-elle, à ne pas le faire, mais maintenant, on ne peut plus dire qu’on ne le fait pas. Avant, il y avait un certain respect, maintenant c’est dangereux d’assumer». L’année dernière, en Algérie, deux ouvriers chrétiens ont été jugés (et acquittés) pour n’avoir pas respecté le jeûne.

«Je ne suis ni chrétienne, ni musulmane. Je crois en une force spirituelle, c’est tout. Mon mari, lui, est athée» raconte Asma. Et de poursuivre : «Avant les années de terrorisme, on avait le choix. Depuis, ça s’est durcit. Par exemple, moi, je n’oserai jamais fumer dans un lieu fumeur, même cachée, pendant le Ramadan», poursuit-elle.

Alors, les non-jeûneurs se cachent. «Le matin, on prend notre café et on doit attendre de rentrer le soir pour manger ou boire». Devant ses amies, elle fait comme si de rien n’était. Elle parle de la qualité des fruits, cette saison, qu’elle juge «mauvaise». Elle parle de prix, de viandes. Les préoccupations principales pendant le Ramadan. «Le seul pays musulman vraiment laïc, c’est la Turquie. Tu peux faire ce que tu veux. Même pendant le Ramadan, on te propose à manger», dit Asma.

Sa voisine, malade et contrainte à avaler des médicaments tous les jours, ne jeûne pas. «Il y a deux catégories de gens qui ne font pas le ramadan : les malades qui ne peuvent pas et les intellectuels qui refusent de le faire, par principe». Mais même ces derniers n’ont pas intérêt à se prélasser à la terrasse d’un café. «C’est inimaginable», confirme la voisine d’Asma. En Algérie, le ramadan semble aller de soi.

Mehdi Meklat (Alger)

Crédit photo: caricature de Dilem parue dans le quotidien algérien Liberté .

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021