Banlieue is Beautiful a offert une performance réalisée par des jeunes de l’association Les enfants du Canal. Créée en 2007, cette association défend l’accès au logement et la réinsertion par l’emploi pour toutes les personnes démunies. Depuis six mois elle a ajouté à sa plateforme, le programme Romcivic. Ce programme consiste à soutenir les Roms qui ont besoin d’accompagnement dans la recherche d’un logement, d’un emploi, de démarches administratives ou même pendant une visite à l’hôpital, afin de faciliter leur intégration en France.

Il comprend également un soutien scolaire proposé aux enfants roms et bulgares, tout âges confondus. Durant leur prestation, plusieurs jeunes ont lu des textes qui relataient la situation des Roms en France : conditions de vie précaires dans les bidonvilles, discriminations au quotidien… Les Roms sont-ils victimes de leur identité ou de leurs actions ? Une jeune fille de l’association me raconte :  » Certaines personnes parlent de la discrimination des Roms mais elles ne disent pas la vérité. Ce qu’on nous montre à la télé n’est pas la réalité. Beaucoup de Roms et Bulgares sont morts dans des bidonvilles à cause du manque d’eau, d’électricité… On oublie que nous sommes comme les français. Nous avons les mêmes droits. »

« Le gouvernement français prend tout son temps pour faire des lois sur tout ce qui concerne les Roms. Nous ne disposons d’un droit au travail que depuis le 1 janvier. » Comprenez alors que certains soient contraints de faire certains actes pour vivre. » A travers cette prise de parole, les intervenants de l’association ont voulu se faire entendre pour faire comprendre au public qu’être Rom n’est pas une raison d’exclusion, de préjugés : « plus d’enfants = plus d’argent », « Handicapé juste pour mendier » Les Roms veulent s’intégrer et être acceptés pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils font. « Je suis Rom, comme je suis basque ou breton« .

Sylverène Ebélébé

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021