Que je m’en vais. Je sais, les autres sont restés plus longtemps et je triche en ne faisant pas ma semaine complète, mais que voulez-vous, j’ai des enfants, dont il faut que je m’occupe un peu, quand même. Je laisse deux ou trois choses en suspens. J’ai notamment beaucoup d’éléments sur la réussite scolaire et professionnelle des filles. Je garde ce sujet pour l’édition papier de L’Hebdo. Je sais que les Français ne peuvent pas l’acheter, alors j’essaierai de négocier avec celui qui sera aux commandes du blog pour pouvoir le mettre en ligne quand même.

Reste aussi la suite de mes aventures avec les élus du FN – un bloggeur m’a transmis des coordonnées, et je suis toujours intéressée par un entretien. Je vais demander à mon successeur de reprendre le flambeau; s’il ne peut pas, j’appellerai depuis la Suisse.

Ce poste a suscité nombre de commentaires, et j’aimerais tout de même apporter quelques précisions sur notre présence à Bondy; certains semblent en effet penser que nous sommes sous influence.

– L’idée de s’implanter quelques mois en banlieue française vient de la rédaction de L’Hebdo. Personne ne nous a invités ou payés pour venir.

– Le choix de Bondy s’est fait un peu au hasard.

– Les journalistes qui viennent ici sont volontaires, membres salariés de la rédaction de L’Hebdo, et ne reçoivent aucune compensation financière autre que leur salaire mensuel.

– Aucun n’a de lien avec un parti politique de Bondy, ni n’a reçu d’argent pour défendre ses intérêts.

– Le journaliste qui tient le blog jouit d’une liberté totale aussi bien pour le choix des sujets que pour leur traitement. Personne, ni l’éditeur, ni le rédacteur en chef, ni un chef de rubrique, ne relit les textes mis en ligne. Personne, donc, ne peut orienter leur contenu.

– L’Hebdo appartient à un éditeur suisse, Michael Ringier, qui n’a aucune activité politique en France. L’Hebdo n’est l’organe d’aucun parti.

J’ai noté qu’il était désormais de bon ton faire des adieux pathétiques à Bondy. Je vais pour ma part me distinguer par une certaine sobriété.

Merci à:

– ma logeuse

– toutes les personnes qui ont accepté de me parler

– les jeunes de Blanqui, qui ont tous et toujours été d’une politesse exquise avec moi

– les jeunes du local, qui m’ont cédé l’ordinateur quand j’en avais besoin, alors pourtant qu’ils cherchaient « des renseignements sur les motos » sur Internet (à Bondy, les motos sont blondes à forte poitrine)

– Mimi et Radouane, pour leur aide précieuse

Sonia Arnal

Sonia Arnal

Articles liés

  • Assia Hamdi, un livre pour l’égalité dans le sport féminin

    Avec son livre 'Joue-la comme Megan', la journaliste sportive Assia Hamdi raconte la bataille des sportives pour la défense de leurs droits et leur liberté. La journaliste explore différentes problématiques liées au sport féminin : l’égalité salariale, l’injonction à la féminité ou encore les questions liées au corps féminin comme les menstruations ou la grossesse. Interview.

    Par Emeline Odi
    Le 25/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021